les idées qui font des petits!

Articles tagués ‘thermodynamique’

Pic pétrolier : traduction en mots d’un sentiment d’urgence.

 Lorsque j’évoque la question du pic pétrolier, dont je suis devenu, par la force des choses, un spécialiste, je me heurte à trois convictions biens ancrées dans l’imaginaire collectif qui tiennent du fantasme. Premièrement, l’idée que le problème est bien compris, « qu’on sait ». Deuxièmement, l’idée « qu’on trouvera bien une solution ». Troisièmement, l’idée que « l’urgence n’est pas là », que « nous avons le temps ». Ces trois croyances sont fausses, et donc dangereuses.

Comprendre l’enjeu du Pic dans toute sa dimension requiert une approche systémique et des connaissances transdisciplinaires, ce qui n’est pas l’apanage de notre système éducatif. Ce papier vise à exposer les trois points suivant : (1) la nature du problème, (2) son caractère insoluble au sens où on l’entend traditionnellement, (3) son caractère urgent.

Une compréhension systémique du problème :

Le raisonnement trouve son point d’ancrage in abstracto dans la théorie des systèmes et de la complexité. Un système est un ensemble constitué d’éléments en interaction. Par exemple, des atomes, des molécules, des organes, des êtres humains, des entreprises, des Etats, etc. Il est appelé complexe lorsque son évolution et son comportement ne peut être prédit à l’avance.

La physique nous apprend qu’un élément en mouvement a besoin d’énergie. Les éléments d’un système nécessitent de l’énergie pour être en interaction. On sait que tout organisme vivant, une plante, un animal, un humain, une économie, est un système qui se maintient en vie en puisant de l’énergie et de la matière dans son environnement, c’est un système thermodynamique ouvert. Sans cet afflux d’énergie, un organisme meurt, il tend vers ce qu’on appelle l’équilibre thermodynamique. L’afflux d’énergie dans le système doit être renouvelé en permanence car l’énergie se dégrade lorsqu’elle est utilisée.

On sait qu’un système peut croître en complexité si l’afflux d’énergie dans le système augmente. La complexité se mesure par trois facteurs : l’interconnectivité des composants du système, la vitesse de leurs interactions et leur interdépendance. Lorsque le système croit en complexité, il s’éloigne de l’équilibre thermodynamique, ce qui nécessite un afflux plus important d’énergie. En d’autres termes, le coût métabolique de maintenance du système augmente.

Enfin, on sait que lorsque le système croît en complexité il se transforme qualitativement. Ceci explique pourquoi, lorsque l’afflux d’énergie dans le système diminue, celui-ci s’effondre, plutôt que de se contracter pour revenir à l’état de complexité inférieur.

A présent, visualisons comment on peut appliquer ces concepts à l’économie. L’économie est un système thermodynamique ouvert. Elle puise de l’énergie et de la matière dans son environnement. Avec cette énergie, elle transforme de la matière pour en faire des biens de consommation et du capital productif. Au plus elle puise de l’énergie dans son environnement, au plus elle peut augmenter le nombre d’interactions entre ses composantes (les entreprises par exemple) ainsi que la diversité et le nombre des biens fabriqués. En d’autre termes, elle croît en complexité. Par exemple, de nouveaux métiers et marchés apparaissent.

Toute civilisation croît en complexité grâce au surplus d’énergie qu’elle puise dans son environnement. Toute civilisation complexe avant la nôtre (l’empire romain par exemple) a pu croître en complexité en extrayant un surplus énergétique à partir de l’exploitation agricole de la terre. Les plantes  produisent ce surplus. Elles captent les rayons solaires, un flux d’énergie, au travers du mécanisme de la photosynthèse. On les appelle les producteurs primaires car sans elles la vie sur Terre serait impossible. En effet, les herbivores se nourrissent des plantes et les carnivores se nourissent d’herbivores. Chacun d’eux est un système thermodynamique ouvert qui se maintien loin de l’équilibre thermodynamique (la mort) en extrayant le surplus énergétique nécessaire à sa survie dans son environnement. Les animaux sont des producteurs dits « secondaires ». 

Les hommes, producteurs secondaires,  ont appris a exploiter au mieux le revenu énergétique tiré de la terre. En domestiquant les plantes et des animaux, ils ont peu à peu réussi à maximiser le surplus alimentaire tiré de l’exploitation des terres. Ce surplus alimentaire a permis à notre espèce de se multiplier et de dégager des ressources pour permettre à une partie de la population de se consacrer à d’autres activités que l’extraction du surplus alimentaire. En accroissant leur degré de spécialisation et leur nombre, les hommes ont réussi à produire plus, l’économie des hommes s’est peu a peu éloignée de l’équilibre thermodynamique, elle a crû en complexité.

A mesure qu’une civilisation croît en complexité, les coûts de maintenance du système augmentent car, comme déjà précisé, la croissance a un coût métabolique. Dit autrement, il faut plus d’énergie pour croître, ce qui signifiait pour les civilisations avant la nôtre qu’il fallait soit augmenter le rendement thermodynamique des terres, avec la technologie ou en travaillant plus, soit mettre de nouvelles terres en jachère.

La civilisation industrielle est beaucoup plus complexe que la plus complexe des civilisations agricole, l’Empire romain. Au regard de la longue histoire humaine, c’est une anomalie. Son degré de complexité, la civilisation industrielle le doit à la découverte d’un subside énergétique et à la découverte de la façon de l’exploiter. Avec le moteur à vapeur et puis plus tard à explosion, les hommes ont trouvé le moyen d’exploiter les réserves d’hydrocarbures stockées dans la lithosphère. Le pétrole, le charbon et le gaz sont des ressources stocks que la nature a mis des milliards d’années à synthétiser. Ce stock est fini et non renouvelable car l’énergie se dégrade une fois qu’elle est utilisée pour produire du travail. Dit autrement, « les ressources fossiles, c’est du one shot ». Leur exploitation à donné aux hommes l’accès à une ère d’abondance sans précédent,l’âge de l’opulence énergétique.

Le surplus énergétique que nous procurent les ressources fossiles nous a permis de nous affranchir, pour la majeure partie d’entre nous, de la « contrainte » de l’exploitation directe de la terre, à laquelle notre survie fut, de tout temps, chevillée. La population humaine a été multipliée par 700 grâce à l’existence de ce surplus énergétique, une mesure de son succès biologique, mais qui est artificielle. L’exploitation des ressources fossiles a ouvert la voie de percées dans tous les domaines des sciences car nous avions les ressources nécessaires pour permettre à des gens d’étudier et puis de penser et d’expérimenter durant de longues années en vue de rendre intelligible le monde qui nous entoure. L’exploitation des ressources fossiles a permis à l’humanité d’effectuer de gigantesques percées technologiques en même temps qu’elle nous a donné cette illusion d’une toute puissance infinie. Le mythe prométhéen du Progrès infini est une affreuse méprise.

La société industrielle a pu croître à un rythme et un degré de complexité effrayant par comparaison aux autres civilisations. Cette croissance est le fait de l’exploitation à un rythme toujours plus accéléré d’un surplus d’énergie stocks. Le changement climatique, l’érosion des terres, la destruction des écosystèmes, sont la traduction de l’impact du pouvoir de transformation sur leur environnement que les hommes ont hérité de l’exploitation du stock d’hydrocarbure. Les hommes sont non seulement en train de dilapider leurs ressources les plus précieuses à un rythme effréné, mais en plus, la taille de l’économie des hommes par rapport à son environnement est devenu trop importante pour que celui-ci puisse se maintenir dans un état stable. C’est un problème car notre survie dépend de la qualité de l’eau que nous buvons, de l’air que nous respirons, des terres que nous exploitons, de la stabilité du climat.

A présent, j’espère que la nature du problème auquel nous faisons face apparaît clairement : à cause du pic pétrolier, l’afflux d’énergie dans le système thermo-industriel va diminuer, la civilisation industrielle va s’effondrer. Un effondrement au sens physique du terme signifie que le système change brutalement d’état qualitatif. Les coûts de maintenance du système étant trop élevés, le système doit se réorganiser pour réduire sa complexité.

Le caractère insoluble du problème

La masse des gens pense qu’une alternative au pétrole existe, c’est faux. D’une part, le pétrole possède des propriétés qualitatives inégalables : il est (était en fait) facilement extractible, liquide et donc facilement transportable, et il contient une énergie très concentrée. D’autre part, il intervient dans la fabrication de presque tous les objets du métabolisme industriel. Enfin, la mondialisation, qui n’est autre qu’une spécialisation des tâches à l’échelle du monde, est possible grâce au pétrole. Aucun substitut au pétrole n’existe. Vous pensez peut-être que cette affirmation est fausse, je vous invite à faire vos recherches. Il est probablement indispensable de préciser que la technologie n’est pas de l’énergie, elle permet éventuellement d’exploiter celle-ci plus efficacement, mais ce n’est pas de l’énergie.

L’histoire nous apprend qu’une transition énergétique prend plusieurs décennies. Nous ne sommes pas passés du bois au charbon et puis du charbon au pétrole en un claquement de doigt. Il faut que l’appareil de production se réorganise qualitativement pour devenir adaptif aux caractéristiques (stock vs flux, continu vs intermittent, rendement thermodynamique, coût, etc..) de la nouvelle source d’énergie utilisée. Le coût d’une transition est très important, et l’échelle (le monde) de cette transition donne le tournis. Mais surtout, pour être parfaitement honnête, parler de transition dans ce contexte est inapproprié puisqu’aucun substitut n’existe. En pareille circonstance, le changement ne peut être qu’adaptif ou maladaptif.

 Le fait qu’une solution traditionnelle au problème n’existe pas s’explique assez logiquement par la nature du problème. En fait, le Pic pétrolier n’est pas un « problème » au sens où il existerait une solution pour le résoudre. Un problème peut être résolu en accroissant le degré de complexité d’un système. La résolution d’un problème à un coût métabolique, cela requiert de l’énergie. Par exemple, les civilisations agricoles avaient des problèmes d’irrigation de leurs terres. Elles ont résolu ces problèmes en développant un système d’irrigation très performant. L’administration de ce système avait un coût métabolique puisqu’il fallait payer des fonctionnaires et des gens pour entretenir les canaux d’irrigation. Ici, c’est justement le contraire qui doit être fait : diminuer le degré de complexité du système de façon adaptive.

 En d’autres termes, le pic pétrolier signifie que l’afflux d’énergie dans le système va diminuer. Celui-ci va être forcé de se déplacer d’un état thermodynamique A vers un état thermodynamique B qualitativement différent. Au plus le système essaie de prolonger le statu quo, au plus la rapidité des changements sera violente et imprévisible. Il se pourrait même que le système s’effondre complètement si le choc PERMANENT (la production va diminuer continuellement) ne s’accompagne pas de changements adaptifs de TOUTES les composantes du système.

Nous avons aujourd’hui un système économique et des institutions, la démocratie représentative, le marché, le système financier, qui sont adaptifs à la croissance. Par exemple, le remboursement de la dette avec intérêts exige de la croissance.Le maintien des acquis sociaux de l’Etat-Providence exige de la croissance. Ces institutions vont essayer de maintenir le statu quo dont dépend leur survie le plus longtemps possible. Ceci est normal mais ne signifie en rien qu’elles ne devront pas pour autant s’adapter à la nouvelle réalité physique du monde ou disparaître. Ainsi, le système financier actuel basé sur la croissance exponentielle de la dette exige que l’activité économique croisse pour que la dette soit remboursée avec intérêts. Si la taille de l’économie se contracte physiquement, ces dettes ne pourront jamais être remboursées. Il faudra soit que le système financier implose (déflation) ou explose (hyperinflation). Le coût métabolique de la démocratie et de son armée de fonctionnaires sera trop grand, il faudra que l’Etat diminue de taille et décentralise ses niveaux de gouvernance ou alors ce sera la dictature. La dictature permet à court terme de réduire les coûts de transactions de la démocratie et donc de regagner une marge adaptive. A plus long terme, un régime dictatorial est très instable puisqu’il nourrit l’instabilité sociale du fait de son manque de légitimité. Les marchés devront être réencastrés dans le contexte social pour recréer de la confiance entre les gens, confiance indispensable au commerce.

Enfin, il est évident qu’une démographie galopante est un facteur aggravant. Un autre facteur aggravant est le fait que les élites essaient à tout prix de prolonger un statu quo intenable. L’analyse suggère qu’à long terme elles mettent leur survie en danger car le système ne peut survivre sans se réorganiser, c’est physiquement impossible. On ne négocie pas avec les Lois de la physique.

Le caractère urgent du problème

La production de pétrole stagne depuis 2004. Nous sommes sur un plateau de production. Ceci est dû à deux facteurs : premièrement, la destruction de la demande dûe à la récession économique qui frappe le monde. Deuxièmement, le fait que la production de pétrole conventionnel, environ 76millions de barils par jour sur un total de 86 millions, est en phase de déplétion à concurrence de 4 millions de barils par an. Il faut donc, chaque année, rien que pour maintenir le niveau de production constant, développer l’équivalent de 4 millions de baril par an de nouvelles capacités. Pour l’instant, la mise en production de pétrole non -conventionnel (sables bitumineux, off-shore, gas to liquid, coal to liquid, etc) parvient à compenser la déplétion des champs traditionnels, mais, sans entrer dans les détails, cette production finira aussi par plafonner. A ce moment là, nous entrerons en phase de déplétion. Il y aura, chaque année, de moins en moins de pétrole à consommer. Comme le monde ne peut importer du pétrole, la question de la répartition de ce surplus reste en suspend. Il faut s’attendre à des guerres de ressources, très probablement, et à un rationnement imposé par les gouvernements. En d’autres termes, une fois qu’on passera le point critique de la phase de déplétion, il est très improbable que le marché continue à allouer l’offre pétrolière via le mécanisme des prix, mais la question reste en suspend.

Il est impossible de faire un pronostic sur l’avenir bien qu’il est certain que nous entrons dans une phase qualifiée de « révolutionnaire », si on regarde les choses d’un point de vue social. Si on regarde les choses d’un point de vue physique, on peut dire que le système entre dans une phase chaotique prélude à sa réorganisation. Il évolue depuis deux siècles dans des bandes de fluctuation relativement stables. Les récessions ou les périodes de surchauffe que l’économie a connue depuis deux siècles n’ont pas entamé irréversiblement la capacité d’absorption des chocs par le système, ce qui l’aurait forcé à transformer qualitativement sa dynamique de fonctionnement. Le pic pétrolier va obliger le système à sortir des bandes de fluctuations dans lesquelles il peut survivre. Demain est un autre monde.

Voici ce que je pense : à court et moyen terme, nous allons assister à la fin de la croissance physique. Je ne parle pas ici de certaines zones du globe mais de l’économie globale. On devrait assister à une montée progressive du chômage due à la pression démographique et à une destruction de la dette (déflation dûe au deleveraging). L’inflation devrait rester relativement basse à court moyen terme, mais les gouvernements vont faire tourner la planche à billets pour refinancer leur dette et contrer la pression déflationniste exercée par la destruction d’activité. A long terme, nous aurons une hyperinflation lorsque l’économie commencera à se contracter physiquement à cause du fait qu’on entre en phase de déplétion. En effet, il y aura chaque année de moins en moins de biens produits par rapport aux liquidités en circulation.

Une fois entré en phase de déplétion, le système va s’effondrer. Ceci signifie que des métiers vont disparaître (déspécialisation), ce qui provoquera des mouvements migratoires. Nous assisterons également à des actes de violence, dont le nombre et la gravité sera fonction des caractéristiques socio-démographiques des populations. Une population ayant érigé la compétition et l’individualisme au rang de ses valeurs cardinales a beaucoup moins de chances de s’en tirer par le haut qu’une population mettant prioritairement l’accent sur le sens de la communauté et de la coopération.

La rapidité et l’ampleur de l’effondrement sont impossibles à évaluer puisque le rythme de déplétion est inconnu. Il est par exemple tout à fait envisageable qu’un pays sécurise militairement son approvisionnement au détriment d’autres pays. Dans ce cas, l’effondrement serait extrêmement brutal dans certaines zones là ou d’autres pays pourraient juste avoir à réorganiser leur appareil de production pour recommencer à produire des biens jadis importés. Ce faisant, ces pays parviendraient à relancer leur l’appareil productif et donc à surmonter les tensions sociales inhérentes à la destruction d’activité. Il est également possible que le monde se mette d’accord pour répartir de façon démocratique le surplus pétrolier. Dans ce cas, le scénario d’avenir serait tout à fait différent.

En maximisant le pourcentage de la population éduqué à la pensée systémique et à la problématique énergétique, on maximise la capacité adaptive d’une société puisque les gens ne peuvent prendre les bonnes décisions de façon décentralisée que s’ils ont les bonnes clés d’interprétation des faits. En l’absence d’une bonne compréhension de la nouvelle réalité économique, les gens préféreront voter pour l’ordre au sacrifice d’une partie de leur liberté. L’enjeu n’est pas trivial.

la racine du problème environnemental résumée en un §

Dans un billet du Daly News paru ce matin, Eric Zencey résume en un petit paragraphe l’origine primaire du problème environnmental:

The root cause of our environmental problems—our ecological crisis—is infinite planet economic theory, the rules and axioms of a discipline that tells us that it is possible to have infinite economic growth on a finite planet. It sounds crazy, doesn’t it? But neoclassical economists continue to believe this is possible because human ingenuity is a factor of production and, supposedly, it is infinitely powerful. You can get to that conclusion only if you ignore the laws of thermodynamics. Economic production is, at bottom and unalterably, a process that relies on physical inputs. No amount of human ingenuity will ever let us make something from nothing or nothing from something. No amount of ingenuity will let us create energy out of nothing or recycle it to use it again.

C’est précisément cet enseignement que la science économique dominante refuse d’intégrer, et ce, depuis la révolution thermodynamique en sciences exactes initiée par Sadi Carnot (1796-1832).

STEADY STATE 3 : limiter les inégalités

A) Limiter les inégalités, pourquoi ?

1. Une distribution équitable des richesses comme substitut à la croissance

Ricardo et le profit comme moteur de l’expansionnisme économique

 La réduction des inégalités sociales est une pierre angulaire de l’économie stationnaire, une condition absolue pour que ce modèle économique soit viable. Henry Wallich (1914-1988), économiste et banquier central américain de renom a dit « que la croissance est un substitut à l’égalité des revenus. Aussi longtemps qu’il y a de la croissance, il y a de l’espoir, ce qui rend les différentiels salariaux tolérables ».

S’il est une vérité dérangeante, c’est celle que le capitalisme avec pour moteur le profit, débouche sur une concentration toujours plus grande de la richesse dans les mains du capital (voir graphe 1; source: rapport « Enough is enough: ideas for a sustainable economy in a world of finite resources« ).

Geneviève Azam explique très bien la mécanique de ce processus d’accumulation dans son livre « le temps du monde fini, vers l’après-capitalisme » (2010 ; p21) :

David Ricardo, influencé par Thomas Malthus, anticipait l’état d’un état stationnaire, d’un suspens de l’histoire, du fait de la rareté des ressources naturelles conjuguée avec la croissance de la population. En raisonnant à partir de la situation en Angleterre, il montrait que la pression de l’augmentation de la population exigerait la culture de terres de moins en moins fertiles et engendrerait de ce fait une hausse des coûts de production et celle corrélative des prix agricoles et alimentaires. Or, les céréales étant la base de la consommation ouvrière, l’augmentation des prix alimentaires, tout en enrichissant les propriétaires fonciers, se traduirait par une augmentation des salaires et une baisse inéluctable des profits, conduisant finalement à un blocage de l’expansion économique. Pour retarder la venue de cet état stationnaire, Ricardo a préconisé le libre-échange qui fut adopté par l’Angleterre de manière à permettre les importations massives de céréales et la baisse des prix agricoles. Le profit ainsi restauré pouvait alimenter le processus d’accumulation. Le libre échange fut ainsi la réponse donnée à la limite des ressources en un lieu, limite qui pourrait être compensée par des échanges avec un ailleurs à conquérir par le commerce.

 Le libre échange a repoussé l’illusion d’un monde infini en permettant de nourrir le processus expansionniste qui semble être la condition de survie du capitalisme. Cette idée était d’autant plus séduisante que Ricardo avance que dans le commerce international il n’y a pas de perdants : le libre-échange enrichirait pacifiquement chaque pays, c’est la doctrine du doux commerce si chère à Montesquieu. En pratique, on voit que c’est loin d’être le cas, ce qui n’est pas une surprise si on comprend bien la dynamique prédatrice qui sous tend le processus d’expansionnisme du capitalisme –l’expansionnisme économique suppose un impérialisme économique qui débouche sur l’exploitation et l’asservissement d’autres peuples. Ce débat est très intéressant, mais ce n’est pas l’objet de cet article. Ici, ce qui compte, c’est que dans une économie stationnaire, il y a une limite supérieure à l’utilisation des ressources. Dès lors, on ne peut compter sur une croissance infinie pour éluder le problème de la répartition des richesses. Ceci est vrai dès lors qu’on admet qu’il n’a pas de découplage entre la croissance de l’économie et son impact matériel (il faut toujours plus de ressources pour continuer à croître), hypothèse largement confirmée par Tim Jackson, pour ne citer que lui. Dans ce cas, une plus grande égalité dans la distribution des revenus est un substitut à la croissance.

Progrès technologique et croissance qualitative

Toutefois, soyons honnête, mais aussi optimiste, il ne faut pas occulter le troisième paramètre de l’équation IPAT (voir mon article précédent : « STEADY STATE 2 : limiter la population ») : le progrès technologique. Partant du principe que la population serait stabilisée, et que l’input de matière première serait stabilisé, la technologie permettrait de restaurer une croissance. En effet, avec cette double limite supérieure, la production serait contrainte d’augmenter son éco-efficacité en permanence pour dégager de nouveau surplus. Surplus qui seraient réinvestis dans une forme de croissance qui n’augmenterait pas l’impact environnemental de l’économie. En effet, si vous disposez de 100 watt d’énergie pour votre activité économique et que vous arrivez à en économiser 10 suite à des innovations technologiques développées à partir d’un stock identique de ressources, vous pouvez réinvestir ce surplus dans une activité qui par définition ne pourra consommer davantage de ressources puisque l’input de matière serait limité. En d’autres termes, il s’agirait de faire plus avec autant, de passer d’une conception quantitative de la croissance à une conception qualitative, ce qui matérialiserait un équilibre dynamique.

Ce raisonnement est séduisant mais la réalité est plus compliqués. D’un point de vue physique, la thermodynamique nous enseigne que « faire plus avec autant » est une équation impossible : on ne créée pas de la matière ni de l’énergie. Dès lors, il est crucial de se poser cette question : comment font les écosystèmes, des systèmes complexes dynamiques,  pour se développer ? La réponse est simple : ils captent l’énergie solaire à travers la photosynthèse. Voilà la solution, la seule qui ne confine pas la théorie biomimétique de l’équilibre dynamique au rang de théorème impossible. Mais ne nous trompons pas : une croissance qualitative ne signifie pas une augmentation du stock de capital. Non, celui-ci est maintenu constant, c’est le principe d’une économie stationnaire. Simplement, son utilisation est dynamique : la production est réorganisée en permanence en fonction des préférences et de l’évolution des possibilités technologiques. Ceci implique bien sûr de disposer d’un flux infini d’énergie (à l’échelle de l’humanité) que seul le soleil peut nous fournir. Le « cradle to cradle », le modèle 100% de recyclage, n’est possible qu’à cette condition (bien qu’en réalité il y ait toujours une dégradation entropique de la matière).

2. Les bénéfices d’une société plus égalitaire

La rapport de la première conférence sur l’économie stationnaire (p.58) mentionne des bénéfices d’une distribution plus équitables des revenus et des richesses. Ils citent le livre de Wilkinson et Pickett, « The Spirit Level » qui en liste quelques uns :

  •       Meilleure santé et espérance de vie plus longue
  •       Moins de problèmes de dépendances (drogues, alcool,etc)
  •       Moins de violence et un sentiment d’insécurité moins patent
  •       Taux de fécondité des adolescents moins élevé
  •       Les enfants ont un meilleur niveau de bien être
  •       Moins d’obésité
  •       Moins de maladies psychologiques (dépressions…)
  •       Plus de mobilité sociale

Et puis, le graphe 2 ci-dessous parle de lui-même, right ( source: source: rapport « Enough is enough: ideas for a sustainable economy in a world of finite resources« )?

Sans oublier que les sociétés inégalitaires exacerbent la compétition pour acquérir un statut social. Une compétition qui débouche sur une augmentation de la consommation et qui donc amplifie un  davantage le problème environnemental. Un enjeu majeur de l’économie stationnaire est d’orienter les comportements de compétition vers des comportements de coopération.

Enfin, un argument classique pour justifier les inégalités est que celles-ci favorisent les innovations. Cet argument est largement infirmé par le graphe 3 ci-dessous (source: rapport « Enough is enough: ideas for a sustainable economy in a world of finite resources« ). En réalité, les sociétés les plus créatives sont aussi les plus égalitaires.

B) Limiter les inégalités, comment ?

Plusieurs solutions sont envisagées :

  1. une redistribution de la richesse par la taxation (cf. la Suède). Une écofiscalité (e.g. taxation de la pollution) pourrait fournir la manne de redistribution.
  2. l’imposition de plafonds inférieurs et supérieurs aux revenus (cf. le Japon)
  3. L’encouragement de la démocratie d’entreprises. En particulier, les coopératives recèlent un potentiel important pour organiser la production de façon démocratique. Dans les formes capitalistes d’entreprises, la responsabilité sociale et environnementale des actionnaires devrait être développée.
  4. introduire un revenu citoyen minimum de base inconditionnel. Cette mesure est plus connue sous le nom « d’allocation universelle » est a fait (et fait toujours) l’objet de nombreux débats et recherches académiques. Il faudrait un article pour développer cette proposition, mais précisons ici que ce revenus minimum remplacerait les bénéfices directs versés actuellement par l’Etat (allocations de chômage et familiales, etc).
  5. Promouvoir des mécanismes alternatifs de récompense des bonnes performances en entreprises (plus de congés ? ).

Transition éco-énergétique : en route vers le monde postindustriel

La décroissance, c’est quoi ?

Que signifie le mot un peu fourre-tout de « décroissance »  qui est presque sur toutes les lèvres des intellectuels engagés et qui semble actuellement condenser toutes les critiques du modèle dominant, j’ai nommé : la mondialisation capitaliste néolibérale.

En fait, il n’existe pas actuellement de théorie de la décroissance comme il existe une théorie économique de la croissance. La décroissance, c’est un mot choc pour signifier une opposition au dogme de la croissance, à la religion du toujours plus et donc à un système productiviste abscons qui assimile la croissance matérielle des biens (le PIB) au bonheur. Comme l’indique avec beaucoup de justesse Serge Latouche, on devrait plutôt parler d’ « a-croissance », comme on peut parler d’a-théisme.

Le problème du mouvement décroissant sera selon l’opinion de certains qu’il manque cruellement d’une base conceptuelle solide ou encore qu’il fédère un panel hétéroclite de mouvements hétérodoxes qui de prime abord peut sembler manquer de cohésion. Ainsi, on peut notamment retrouver des libertaires, des néomarxistes, des écologistes radicaux, des éco-énergétistes parmi les groupuscules « activistes » qui portent leur message à contre-courant sous la bannière de la décroissance.

Quels fondements conceptuels ?

Malgré cette unité toute relative dans la diversité, il existe une base conceptuelle très solide, rationnelle et scientifique, qui pose les jalons d’un nouveau paradigme, un nouveau rail pour la pensée, et rencontre les critiques des décroissants : la bioéconomie. L’objectif de cet article est d’exposer les bases conceptuelles de cette approche, de démontrer leur solidité et surtout, leur pertinence par rapport aux faits.

L’économiste-mathématicien américano-roumain Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994) est le père de la bioéconomie. Cette discipline émergente vise à « abattre le mur de Berlin » érigé entre les sciences de la nature  et les sciences de l’homme. Plus qu’interdisciplinaire, la bioéconomie est fondamentalement transdisciplinaire et holistique, ce qui signifie d’une part qu’elle se réalise au-delà des acquis des disciplines auxquelles elle emprunte les concepts –l’écologie, la physique, l’économie, l’anthropologie, principalement –  et d’autre part qu’elle envisage « le système terre » dans sa globalité.

L’essence de la bioéconomie est d’intégrer les acquis de la révolution thermodynamique initiée par le physicien et ingénieur Sadi Carnot (1796-1832) ainsi que de la théorie évolutionniste de Darwin (1809-1882) pour dépasser le paradigme mécaniste newtonien qui est toujours le cadre de référence actuel de la science économique.

C’est aux travaux  de Georgescu-Roegen que remonte la base conceptuelle de la décroissance puisque c’est lui qui mis en exergue la contradiction existant entre une croissance infinie des ressources matérielles sur une planète finie i.e. aux ressources limitées. C’est pourquoi il prophétisa : « demain, la décroissance ». La question est de savoir pourquoi Georgescu-Roegen fit cette prédiction, ce qui revient à intégrer sa pensée afin d’objectiver le concept de décroissance.

Partant du constat que les économistes néoclassiques ont oublié l’origine même de la rareté en omettant, au contraire des classiques, de tenir compte de la Terre comme facteur de production, le nouveau paradigme bioéconomique vise à réintroduire le couple énergie-matière i.e la réalité biophysique du processus économique, au centre des préoccupations de la science économique. Nicholas Georgescu-Roegen expose dans son ouvrage très savant « The Entropy Law and the Economic Process » (1971), la pierre angulaire de son œuvre, les deux concepts clés de sa pensée dissidente :

1)            « Le processus économique n’est qu’une extension de l’évolution biologique et, par conséquent, les problèmes les plus importants de l’économie doivent être envisagés sous cet angle »;

2)            « la thermodynamique et la biologie sont les flambeaux indispensables pour éclairer le processus économique (…) la thermodynamique parce qu’elle nous démontre que les ressources naturelles s’épuisent irrévocablement, la biologie parce qu’elle nous révèle la vraie nature du processus économique ».

La conception évolutionniste du processus économique

Georgescu-Roegen assimile le progrès technique, la spécificité de l’homme, du moins par sa complexité, à une extension des membres du corps humain et donc à une mutation génétique. Dans sa conception, ces mutations sont à l’origine des inégalités sociales, l’analogie avec le processus de spéciation des espèces est évidente.

Ensuite, il développe l’idée que la complexification du progrès technique utilisé par l’homme est directement corrélée à la croissance –ce terme n’est pas choisi par hasard – de son potentiel d’exploitation d’énergie exosomatique, c’est-à-dire situé en dehors de son corps. Partant de ce constat, un concept central de sa pensée est que chaque découverte d’une source importante d’énergie exosomatique s’est traduite par une révolution. Il identifie trois révolutions énergétiques dans l’histoire humaine :

–          La découverte du feu

–          La découverte de l’agriculture

–          La découverte des énergies fossiles

Le feu :

La première révolution énergétique fut amorcée par la découverte du feu. Elle s’est accompagnée de transformations socio-économiques importantes : cuisson de la viande, résistance accrue aux variations de température, potentiel de défense contre l’ennemi –les autres animaux – plus élevé, notamment. Durant cette période, l’homme adopte le mode de vie nomade du chasseur-cueilleur et son exploitation d’énergie exosomatique reste faible. On estime qu’il utilisait l’équivalent d’un Equivalent d’Energie Humain (EEH), une mesure de l’apport énergétique moyen (nourriture) nécessaire pour faire fonctionner le métabolisme humain. Ce mode de vie nomade est rude, la croissance démographique de notre espèce reste stable durant cette période (99pc de notre histoire). Il est probable que le savoir du feu était jalousement gardé et que celui qui en détenait les clés occupait une position centrale dans la structure socio-institutionnelle de sa tribu.

L’agriculture

La seconde révolution est la découverte de l’agriculture. L’homme devient capable d’augmenter nettement son exploitation d’énergie exosomatique en « domestiquant » une partie de la nature. On estime qu’il exploite en moyenne jusqu’à 4 EEH se qui se traduit par une multiplication de la population humaine par le facteur 200. Néanmoins, cette hausse n’est pas immédiate car la révolution agricole s’accompagne d’une sédentarisation qui provoque des dysfonctionnements favorables à l’émergence de maladies.

En effet, puisqu’une plus grande population habite un territoire donné, l’empreinte écologique sur ce territoire devient trop importante : l’environnement local est incapable d’assimiler les déchets produits par cette communauté et se dégrade, les problèmes sanitaires sont nombreux ce qui provoque des maladies qui vont se propager facilement du fait de la proximité des habitants d’une même population. C’est pourquoi l’homme innove pour effectuer la transition vers une sédentarisation viable et survivre – dans la perspective biologique, le but d’une espèce est sa survie –.

Les égouts et le contrôle du circuit d’approvisionnement de l’eau sont les deux innovations qui, bien plus que les progrès de la médecine, ont contribué à éradiquer la maladie en améliorant substantiellement les conditions sanitaires, ce qui s’est traduit –comme déjà précisé – par une croissance démographique. Enfin, il convient de noter que l’agriculture est intensive en travail, soit en énergie organique, car les outils techniques pour l’exploitation des terres agricoles sont rudimentaires.  L’économie s’appuyant essentiellement sur l’exploitation de terres, toute la hiérarchie sociale est définie à partie de cette grille d’analyse : le seigneur, celui qui s’est hissé au sommet de la pyramide sociale, est celui qui possède des terres, c’est le régime féodal.

Les énergies fossiles

Enfin, la troisième révolution est amorcée au début du 19ème siècle, lorsque l’homme découvre une nouvelle source d’énergie exosomatique dans la lithosphère i.e. sous la couche terrestre: le charbon. Plus tard, il découvre le pétrole qui présente le triple avantage d’avoir un rendement énergétique supérieur, d’être liquide et facilement extractible (du moins pour ce qui concerne les premiers forages).

La révolution industrielle est en marche, la machine à vapeur apparaît, puis l’industrie prend peu à peu des proportions gigantesques. La domestication de ces nouvelles sources d’énergie que sont les hydrocarbures provoque des bouleversements socio-économiques gigantesques : le taylorisme et le fordisme apparaissent, c’est le début du capitalisme et des luttes ouvrières pour l’émancipation sociale. Une nouvelle fois, tout le système socio-institutionnel est modulé par la découverte de la nouvelle source d’énergie que sont les hydrocarbures. Cette fois, le seigneur, le capitaliste, est celui qui possède les machines alimentées par cette forme d’énergie.

Assez paradoxalement, la révolution industrielle s’accompagne d’une croissance démographique exponentielle : début 1800 on estime la population humaine à 300 millions d’habitants, nous sommes aujourd’hui plus de 6,5 milliards. On peut parler d’un paradoxe car les sociétés industrielles, au contraire des sociétés rurales, appuient principalement leur développement sur l’exploitation d’énergie mécanique (machine) par opposition à organique (homme) : elles sont beaucoup plus intensives en capital qu’en travail.

Le concept de « croissance économique » coïncide avec la révolution industrielle. Sa mesure est le Produit Intérieur Brut (PIB), un agrégat de la valeur dégagée par les activités économiques. Ici, il convient de préciser –détail fondamental–, que le PIB assimile la valeur d’un bien à sa valeur marchande i.e. sa valeur d’échange par opposition à sa valeur d’usage. Enfin, dernière précision, l’économie en tant que discipline remonte à Adam Smith (1723-1790) et son ouvrage « La richesse des nations » dont la première édition date de 1776, donc de la fin du XIIIe siècle qui coïncide avec le début de la révolution industrielle.

La thermodynamique

La seconde originalité de la pensée de Georgescu-Roegen, de loin son aspect le plus gênant, est d’intégrer la seconde loi de la thermodynamique, le principe d’entropie, à sa réflexion. Pour rappel, la première loi de la thermodynamique commande que « rien ne se perd, rien ne se crée. D’un point de vue physique, la matière contenue dans l’univers est constante. Par conséquent, toute idée que le processus économique serait capable de créer des biens ou d’en détruire n’est pas tout à fait exacte. La seconde loi, le principe d’entropie, à propos duquel Einstein disait que c’est la plus importante des lois de la physique, complète le célèbre adage de la première loi par « tout se transforme ». Le principe d’entropie signifie dans son essence que bien que la quantité de matière dans l’univers soit constante, toute transformation de celle-ci s’accompagne d’un changement qualitatif .En terme physique, la transformation de la matière diminue l’énergie disponible de celle-ci i.e augmente son entropie. L’entropie est vue comme une mesure du désordre et comporte une dimension métaphysique puisque, d’après les physiciens, l’univers évolue de l’ordre vers le désordre.

L’intérêt de la pensée de Georgescu-Roegen est d’entrevoir la réalité physique du processus économique à travers le prisme des principes de la thermodynamique. Sa conclusion est hautement dérangeante : le processus économique en transformant un stock de matière première de basse entropie en un stock de matière d’une entropie plus élevée ne fait que produire des déchets au sens physique du terme. En fait, il dénonce le phénomène d’accélération de l’anthropisation de l’univers, c’est-à-dire de sa dégradation, par le processus économique. Un phénomène, selon lui, irréversible, c’est pourquoi je considère sa pensée comme révolutionnaire car il invente, après Rousseau et le temps linéaire, le temps irréversible.

Un exemple sera plus parlant.  Examinons le processus économique de fabrication d’une voiture sous l’angle physique : la matière première, un stock de basse entropie nécessaire à sa fabrication, est extraite de la terre. Ensuite, une combinaison de travail (humain) et de capital technique (machine) va transformer cette matière pour faire prendre corps à la voiture. D’un point de vue physique, de l’énergie est injectée à la matière pour l’ordonner, c’est-à-dire diminuer son entropie. D’ailleurs, si on regarde une voiture neuve, elle semble être un système parfaitement ordonné, du moins beaucoup plus que la matière première utilisée dans sa fabrication ; tel est le cas. Pourtant, au fil du temps, on observe que la matière se dégrade. Concrètement, elle rouille. D’un point de vue physique, son entropie augmente, jusqu’à ce que le bien ne soit plus utilisé et soit rejeté dans l’environnement. Au terme du processus, l’entropie de la matière a donc augmenté.

Le problème bioéconomique :

La question à présent est de savoir quels enseignements on doit tirer de ce corpus théorique et ce en quoi ils rejoignent les arguments dominants portés par les « objecteurs de croissance » ou « décroissants », c’est selon.

Premièrement, la terre est un système thermodynamique fermé par opposition à ouvert, ce qui signifie qu’elle n’échange que de l’énergie et pas de la matière avec l’univers dont elle est un sous-système. Concrètement, cette énergie provient du soleil. On pourrait objecter que des météorites parviennent parfois à percer la croûte terrestre, ce qui représente un échange de matière avec l’univers, mais ce phénomène est très marginal, un météore perce rarement la stratosphère. Ce constat induit que le stock de matière première est limité.

Ensuite, si on combine cet acquis au fait que le processus de dégradation de la matière est irréversible, on aboutit au constat que notre système économique productiviste est anti-économique. En réalité, comme le souligne Georgescu-Roegen, « il n’est point de principe plus économique que le principe d’entropie » puisque celui-ci est l’origine de la rareté. En effet, si le développement économique était réversible, nous pourrions une fois un stock de matière première épuisé, reconvertir les déchets rejetés dans l’environnement produits à la base de cette matière pour recomposer le stock de basse entropie initial. Est-ce possible ?

En fait, je précise m’engager sur base de supputations qui me sont propres, je pense que oui. La vie lutte en permanence contre l’entropie en absorbant de l’énergie externe (nourriture), donc pourquoi ne pas faire de même pour la matière ? En clair, on peut bombarder du fer rouillé pour lui rendre son aspect initial me semble-t-il. Toutefois, ceci se fait au prix d’une anthropisation croissante du système tout entier. A moins que, à moins que, et c’est ici que j’entrevois une porte de sortie pour dépasser le cul de sac dans lequel la pensée de Georgescu-Roegen semble nous renvoyer (une fois tout le stock de matière dégradé notre espèce connaîtra sa fin), nous ne soyons capable d’exploiter une forme d’énergie inépuisable : l’énergie solaire ou la fusion nucléaire. Georgescu-Roegen envisage ces deux possibilités. Il note que les obstacles techniques à la fusion sont immenses et que nous sommes encore loin d’une percée technologique dans ce domaine (si percée il doit y avoir un jour). J’ai peu d’information à ce sujet, mais je sais que des mini-expériences de fusion ont déjà été réalisées en laboratoire. L’énergie solaire se caractérise quant à elle par son apport permanent, infini à l’échelle humaine, mais limité, c’est un flux.

Le sujet mérite réflexion, c’est un euphémisme, toujours est-il que la pensée de Georgescu-Roegen oriente vers le constat qu’une économie réellement efficiente cherche à minimiser l’input de matières premières car en accélérant le rythme d’extraction de celles-ci on détruit un nombre de vies humaines à venir. La dimension d’équité intergénérationnelle présente dans le rapport Brundtland (1987) qui donne pour définition du développement durable « un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » est au cœur de la pensée bioéconomique de cet économiste.

Enfin, et c’est probablement sur ce point que la bioéconomie rejoint le plus l’argumentation des décroissants, tout le développement de nos sociétés industrielles est subordonné à l’exploitation de ressources fossiles non-renouvelables. Or, une fois ces ressources épuisées, notre capacité à exploiter de l’énergie exosomatique va décliner et par conséquent notre économie décroître. A préciser que Georgescu-Roegen a quantifié l’énergie disponible à partir des autres sources (renouvelables) que les sources fossiles (non-renouvelables). D’après lui, et ce n’est pas le seul à émettre ce constat, il nous sera impossible d’exploiter la quantité d’énergie exosomatique que nous fournissent actuellement les énergies fossiles en ayant recours aux sources d’énergies renouvelables. Ou exprimé en d’autres termes : le renouvelable ne pourra se substituer dans les mêmes proportions au non-renouvelable.

Halte à la croissance ?

A partir de ces éléments, on peut comprendre de façon assez précise les contours du discours des décroissants. Mais surtout, on peut donner une explication bioéconomique de l’origine du « dogme de la croissance ». Ce qui caractérise les hydrocarbures en tant que source d’énergie c’est qu’ils forment un stock. A contrario, les énergies renouvelables (élioen, biomasse,solaire, marées) forment un flux. Or, de ces propriétés physiques différentes découle que leur possibilité d’exploitation varie : un stock peut entièrement être consommé au temps t si son propriétaire le désir. Pour prendre une image, le stock de ressources fossiles s’apparente à un montant sur un compte en banque dont les propriétaires décident de disposer en fonction de leurs préférences. De ce point de vue, on comprend pourquoi des enjeux d’équité-inter temporelle se posent dans l’exploitation des ressources se matérialisant sous la forme d’un stock non-renouvelable : les décisions de la génération présente vont influer sur le patrimoine de la génération suivante qui du fait de la contrainte du temps n’est pas associée au processus de décision. Au contraire, ce problème ne se pose pas avec les énergies renouvelables puisque leur exploitation au temps t est limitée par un plafond.

Depuis le début de la révolution industrielle, notre exploitation d’énergie exosomatique a augmenté de façon exponentielle, ce qui s’est traduit par une forte hausse de la croissance démographique et par une croissance du PIB exponentielle (la taille des économies des pays industriels a été démultipliée).La conclusion qui découle de ces observations  est assez simple : cette croissance exponentielle découle des propriétés physique de la source d’énergie exploitée. En l’occurrence, un stock.

En fait, l’économie industrielle suit le cycle d’une courbe de Gauss, ou d’une courbe en cloche, c’est selon. Dès lors que vous ne touchez pas le plafond, le maximum, l’économie peut continuer à grandir. Au moment t elle touche le plafond et stagne et puis commence à se contracter à mesure que le stock d’énergie exploité entre en phase de déplétion. Ce raisonnement, – que je viens d’extrapoler à l’économie globale – nous le devons au géologue Marion King Hubbert qui modélisa et prédit avec une exactitude impitoyable le pic du stock de ressource pétrolière aux Etats-Unis (en 1970), soit le point sur l’axe du temps où la production, l’offre pétrolière des Etats-Unis, atteignit son maximum.

Donc, pour répondre à la question, la croissance infinie, dans son acceptation normative actuelle, est un mythe alimenté par la pensée occidentale depuis le début de la révolution industrielle et l’ère du Progrès, une pensée biaisée par l’illusion, car temporaire, de l’exploitation exponentielle d’un stock d’énergie fini. Dans sa quête de l’infini, la pensée occidentale dominante des trois derniers siècles a omis d’intégrer les caractéristiques physiques des sources d’énergies exosomatiques à partir desquelles les sociétés industrielles se sont développées : des  stocks non renouvelables. C’est très clair, la croissance, dans son acceptation normative actuelle, c’est-à-dire se traduisant par sa dimension quantitative, le règne du toujours plus, connaîtra sa fin à partir du moment où le stock agrégé des énergies fossiles mondial entrera en phase de déplétion.

Utiliser l’acquis bioéconomique pour modéliser l’avenir

Les prévisions les plus pessimistes des géologues pour le pic d’Hubbert de la production mondiale i.e. le fameux Pic Pétrolier, se situent aux alentours de 2010. Par conséquent, la révolution bioéconomique est en marche. Loin d’être une utopie, elle est une réalité physique. En vérité, nous sommes sur l’axe de l’histoire humaine à la veille de la quatrième révolution énergétique. Tout l’enjeu de la transition écologique est de passer de l’exploitation d’une énergie exosomatique « stock » à une énergie « flux ». Cette révolution ne pourra s’amorcer avec succès qu’à la condition que nous reformations notre mode de pensée pour y intégrer les notions de limite et de renouvelable, c’est-à-dire les deux caractéristiques physiques des sources d’énergie exosomatique sur laquelle nous devons appuyer notre développement futur.

Quelques interrogations clés par rapport aux conditions de cette transition se posent :

1)      La croissance démographique exponentielle que l’espèce humaine connaît depuis la révolution industrielle va-t-elle s’arrêter ?

Etant donné que nous ne pourrons exploiter autant d’énergie qu’auparavant et partant du constat factuel qu’il existe une corrélation très forte entre croissance démographique et croissance de l’exploitation d’énergie exosomatique, je suis enclin à penser que la démographie va baisser. En d’autres termes, je suis persuadé du fait que l’exploitation des ressources fossiles a permis à l’espèce humaine de maintenir une croissance démographique artificielle. Ou, pour utiliser la terminologie des écologistes, les ressources fossiles nous permettent d’excéder la capacité de charge (« carrying capacity ») de notre environnement. Ceci est dans l’absolu une bonne nouvelle puisque la croissance démographique pressurise les écosystèmes. Par conséquent, je pense que notre empreinte écologique va diminuer ce qui aura un effet positif sur notre déficit écologique actuel.

Là où je suis beaucoup moins optimiste, c’est quant aux conditions dans lesquelles cette décroissance démographique va s’opérer. Le risque d’une dérive totalitariste néofasciste est réel. Un seul choix s’offre à nous : soit nous régulons le problème par consensus démocratique, soit nous laissons la nature s’auto-réguler. Le premier cas revient à implémenter des politiques de natalité restrictives. L’observateur attentif ne manquera pas d’observer que la voie politique présente de nombreux obstacles puisque les données du problème sont asymétriques : les économies de l’hémisphère nord sont hyperdépendantes des énergies fossiles et possèdent une croissance démographique faible, là où celles du sud sont moins dépendantes de ce type d’énergie –une forme de résilience – mais possèdent une croissance démographique exponentielle. La voie naturelle, la loi du plus fort, est quant à elle à déconseiller. L’humanité fait face à un impératif moral de trouver une solution par le haut dont il est temps que l’Onu prenne la mesure.

2)      La raréfaction des énergies fossiles va-t-elle déclencher des guerres ?

Le risque est réel, des tensions géopolitiques apparaissent déjà en mer caspienne, au pôle nord, au moyen-orient, les trois zones concentrant la majorité des gisements. Je n’ai jamais pu m’expliquer la guerre d’Irak, la guerre la plus chère de l’histoire, car c’était une hérésie bioéconomique : le coût énergétique de cette guerre est supérieur à ses bénéfices, si les Etat-Unis avaient investis cette argent dans le renouvelable ils auraient aujourd’hui diminué très fort leur dépendance à l’égard des énergies fossiles.

3)      La croissance va-t-elle s’arrêter, allons- nous assister à un retour de l’histoire et nous en retourner à l’époque des cavernes ?

Tout dépend de ce qu’on entend par « croissance ». Si c’est l’augmentation exponentielle de la production de biens matériels, la réponse est « oui ». Par contre, si on suit l’intuition de Joseph Schumpeter (1883-1950), le maître à penser de Georgescu-Roegen durant son passage à Harvard, selon laquelle « la croissance c’est produire plus, le développement c’est produire mieux », la réponse est « non ». Je suis persuadé que la croissance va évoluer dans son aspect normatif d’une perspective quantitative à qualitative. Le progrès technique continuera à jouer un rôle central dans l’amélioration de l’efficacité énergétique. Mon intuition est que la limite imposée par notre exploitation d’énergie exosomatique poussera le système à se réorganiser de l’intérieur pour améliorer sans cesse son efficacité. Plus que jamais, je suis persuadé qu’une croissance qualitative suppose une réhabilitation du pouvoir politique aujourd’hui inféodé à la sphère économique.

Autre point non moins important : toute l’économie des écosystèmes est basée sur les producteurs primaires que sont les plantes. Celles-ci transforment l’énergie solaire, un flux, via la photosynthèse, en tissu organiques. L’énergie stockée dans ces tissus sera ensuite la source d’énergie des herbivores qui eux même seront la source d’énergie des carnivores. L’homme a beaucoup à apprendre du mode de fonctionnement des écosystèmes, ils possèdent les clés d’un développement soutenable, c’est-à-dire s’arc boutant sur l’exploitation d’énergie -flux renouvelable, une idée que j’ai développé dans mon article sur le biomimétisme (voir : Implémenter les acquis de la révolution bioéconomique : le biomimétisme).

4)      Le chômage va-t-il augmenter ? Quid de la dette ?

J’ai gardé ce point pour la fin car il représente, d’après ma propre perception, un double obstacle important pour amorcer la transition écologique, surtout pour les politiques. Premièrement, le chômage est LE problème endémique de nos sociétés, un phénomène qui peut toucher chacun, sans prévenir, et qui hypothèque le droit à la dignité humaine de beaucoup d’êtres humains. La croissance économique en tant qu’objectif prioritaire de la politique économique est vue comme le seul outil pour stimuler la création d’emploi et diminuer le chômage, ce qui alimente cette obsession pour la croissance.

Ensuite, autre obstacle de taille, les Etats industrialisés sont plus endettées que jamais, leur finances publiques sont sorties exsangues de la crise financière. Or, le seul moyen pour l’Etat de ne pas faire défaut est d’augmenter les taxes, ce qui risque de plomber la croissance et donc un peu plus ses recettes, ou de profiter d’une hausse des recettes fiscales induites par une hypothétique relance économique. Je dis « hypothétique » car à mon sens le Pic pétrolier est proche, l’économie risque de stagner pour encore quelques années (cf. Japon). Je suis enclin à penser que des Etats vont faire défaut, ce ne serait pas une première historique (à ce sujet, lire J. Attali. Tous ruinés dans 10 ans ? ). En outre, les politiques d’austérité imposées un peu partout en Europe peuvent potentiellement achever de plomber la reprise.

Idéalement il faudrait amorcer la transition vers le renouvelable en implémentant une politique de relance néokeynésienne investissant massivement dans le renouvelable, une sorte de « Green Deal », mais j’ai l’impression que le taux d’endettement actuel des pays industrialisés a dépassé des sommets, ce qui hypothèque la possibilité de ce type de politiques. Il faut que je réfléchisse davantage au problème de la dette mais j’avoue devoir confesser cette désagréable impression que  les économies des prétendus maîtres du monde (USA, Japon, France, Grande-Bretagne) sont dans un cul de sac. Pendant ce temps la Chine monte en puissance et affiche une santé financière outrancière.

Néanmoins, concernant le chômage, je peux mettre en avant un élément bioéconomique : l’ère industrielle se caractérise par une exploitation d’énergie mécanique croissante, si demain nous devons produire avec de l’énergie organique ce que nous produisions hier avec des machines, je pense en premier lieu à l’agriculture, beaucoup de gens seront réaffectés à la production agricole.

On le voit, sur les deux points stratégiques que sont la dette et le chômage, il reste encore beaucoup à faire. Les décroissants doivent s’atteler à ces deux vastes chantiers s’ils veulent avoir la moindre chance de faire perfuser leur message dans la sphère politique, de faire preuve de réalisme politique. Je vais essayer humblement de m’y atteler.

Conclusion : la décroissance, avons-nous le choix ?

Les plus perspicaces auront remarqué que la problématique climatique, la perte de la biodiversité, l’acidification des océans et des nappes phréatiques sont des enjeux peu présents au cœur de ma réflexion. Disons que, loin d’être des problèmes périphériques, ils constituent des signaux visibles de la nature que le scénario « business as usual » nous mène droit dans le mur. Dans mon optique, le Pic pétrolier doit être l’élément déclencheur d’une profonde remise en question de notre mode de vie. Au plus nous retarderons la transition écoénergétique, au plus l’addition en terme de drames humains sera salée. Toutefois, dans les faits, la décroissance est beaucoup moins une question de choix qu’une réalité qui graduellement va s’imposer (s’impose déjà ?) à nous.

Si la décroissance possède des bases conceptuelles solides, l’objet de cet article est de le démontrer, l’objectif de dépasser la critique qu’elle propose pour créer un nouveau modèle économique soutenable, réaliste, révèle un large chantier, inachevé, pour la pensée postmoderne. J’espère vous avoir convaincu de l’étendue est de la pertinence de cette réflexion, ancrée plus que jamais dans la réalité des faits.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :