les idées qui font des petits!

Articles tagués ‘scrutin proportionnel’

scrutin proportionnel vs. scrutin majoritaire

Ci-dessous figure 1, un inventaire des avantages et inconvénients respectifs d’un système de représentation majoritaire et d’un système proportionnel.

Figure 1

Système proportionnel (ou le modèle belge) Système majoritaire (ou le modèle français et américain)
avantages inconvénients avantages inconvénients
toutes les tranches de l’électorat sont représentées : à long terme, cela conduit à un fractionnement de l’opinion publique les compromis sont fréquents : la prise de décision est parfois peu fluide les compromis sont moins fréquents : la prise de décision est fluide Seule une tranche de l’électorat est représentée : à long terme, cela conduit à la polarisation de l’opinion publique
Le compromis entre les partis de droite et de gauche associés au pouvoir donne de la stabilité: il s’agit d’un équilibre à court terme. Un manque d’alternance : les changements importants sont rares. A long terme, on observe une convergence des programmes de tous les partis L’alternance se réalise facilement : les changements sont brutaux. A long terme, cela abouti à un équilibre résultant de l’alternance entre la droite et la gauche Le manque de compromis induit un déséquilibre à court terme important, surtout si le parti au pouvoir joui de la majorité au parlement : il s’agit d’un déséquilibre à court terme
Une liberté de décision restreinte de chaque parti au pouvoir diminue le risque d’excès et de dérapages un manque de transparence vis-à-vis de l’électeur : le programme appliqué résulte d’un compromis entre les partis au pouvoir une très grande transparence vis-à-vis de l’électeur : le programme appliqué est essentiellement celui du parti au pouvoir Une liberté de décision accrue du parti au pouvoir accroît le risque d’excès et de dérapages

Vous remarquerez qu’inconvénients et avantages se compensent réciproquement : ceci reflète l’équivalence en valeur absolue de chaque choix. En outre, ce tableau illustre à quel point les choix que nous effectuons modulent la réalité. Par exemple, l’opinion américaine est terriblement polarisée alors qu’il existe pas moins de 13 formations politiques en Belgique ; la prise de décision aux Etats-Unis est rapide et réactive alors qu’elle est lente et graduelle en Belgique.

Le choix d’un mode de représentation à donc une influence directe sur le processus de formation et de prise de décision, sur le nombre de partis politiques ainsi que sur le comportement de l’électeur. La question est donc de savoir lequel de ces choix relativement au contexte est optimal.

Le système proportionnel conduit à un équilibre à court terme . le programme gouvernemental est une fusion des intérêts divergents des partis de droite et de gauche associés au pouvoir, un compromis. Les excès des uns compensant ceux des autres, le compromis concilie les contraires, il tend donc vers une certaine forme d’équilibre (1). De façon imagée, un compromis gouvernemental est une grosse boule de chewing-gum obtenue après avoir mâché un chewing-gum bleu, et un rouge. Le rouge représentant les partis de gauche et le bleu ceux de droite.

Par contre, il conduit à long terme à un déséquilibre : la convergence des programmes. En effet, imaginez que des négociations impliquant des forces contraires soient multipliées à l’infini. Pour illustrer, je reprends ma métaphore précédente. Vous mâchez une fois deux chewing-gum, un bleu et un rouge, afin d’en faire une boule. Celle-ci symbolise un compromis gouvernemental. Ensuite vous séparez de cette boule les deux chewing gums initiaux : ceci représente la fin du gouvernement. Vous constatez que le chewing gum rouge est teinté de bleu et inversement. Cela représente le fait que les programmes des partis se sont mutuellement influencés en cours de législature. Ensuite vous répétez la même opération mais cette fois en mâchant deux fois le chewing gum : ceci représente de nouvelles élections. Si vous répétez cette opération à l’infini, vous constatez que la boule de chewing-gum est de couleur parfaitement violette.

Autrement dit, les deux couleurs de bases se sont confondues en une nouvelle: les extrêmes se sont confondus. Les programmes des partis politiques se sont confondus en un même programme, ce qui abouti à l’annihilation de tout débat contradictoire. C’est à mon sens une grave dérive du système proportionnel.

Le système majoritaire conduit quand à lui  à un équilibre à long terme. L’alternance des partis au pouvoir abouti à cet équilibre. En effet, si l’on considère la période de Roosevelt à Bush fils (1933 à 2009), les démocrates ont été 40 ans au pouvoir et les républicains 36 ans ! A court terme par contre, il induit un déséquilibre provoqué par le fait que le pouvoir appartient à la majorité. Ce déséquilibre est d’autant plus important si le pouvoir législatif est exercé essentiellement par des élus de la majorité. C’est le cas actuellement en France, mais pas aux Etats-Unis. Les excès à court terme, sont donc beaucoup plus à craindre que dans un système proportionnel.

Je me bornerai ici à donner une réponse générale à la question du choix optimal. De cette analyse ressort qu’en cas de recherche d’un équilibre à court terme que c’est le système proportionnel qui est optimal. Au contraire, elle indique que c’est le système majoritaire qui constitue le choix optimal en cas de besoin d’un équilibre à long terme. L’implémentation du concept de démocratie au niveau d’une collectivité symbolisée par un Etat s’étend sur le long terme. Ma conclusion est donc qu’un système majoritaire est le choix optimal dans ce contexte particuliers.

(1) Héraclite (VI siècle A.C) fut le premier philosophe à poser l’harmonie des contraires.

Publicités

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :