les idées qui font des petits!

Articles tagués ‘écroulement dollar’

La seconde Grande Dépression expliquée aux nuls: le Pic de la dette, c’est quoi ?

Le Pic pétrolier est le point où l’offre pétrolière atteint son point maximum. Le Pic de la dette est le point d’endettement maximum de l’emprunteur, c’est-à-dire le niveau d’endettement au-delà duquel il fait défaut sur ses engagements. Ici, nous avons affaire à un cas doublement spécifique puisque l’emprunteur possède deux caractéristiques distinctes d’un particulier : (1) c’est un Etat, (2) c’est la première puissance économique mondiale.

Les Etats-Unis ont enregistré un déficit majeur depuis les années Bush qui ne fait que se creuser un peu plus chaque jour avec les déficits de balance commerciale qu’enregistre le gouvernement américain depuis cette époque. Sans entrer dans les détails, on constate que les américains vivent à crédit.

Dès lors que les intérêts sur sa dette excèdent sa capacité d’autofinancement, ce qui devient le cas lorsque l’épargne privée est insuffisante pour financer la charge de la dette, un Etat doit faire appel au reste du monde pour emprunter les capitaux nécessaires au refinancement de sa dette : il émet des bons d’Etats en contrepartie d’un refinancement. Les Etats-Unis sont depuis longtemps dans cette situation.

Dans ce cas, la question devient : la dette d’un Etat peut-elle s’accroître infiniment ?

La réponse théorique est « non » : si l’extérieur du monde ne veut plus refinancer la dette d’un Etat, celle-ci atteint son pic.

A partir de ce moment là, l’Etat en question possède trois solutions : (1) il se serre la ceinture (coupe dans les dépenses et/ou augmentation des recettes via les taxes), ce qui provoque une récession à moins que la croissance ne permette de financer la dette  ; (2) il demande un rééchelonnement de sa dette dans le temps, ce qui ruine ses créanciers ; (3) il fait défaut sur sa dette, les détenteurs de celles-ci ne récupèrent ni leur mise ni les intérêts sur celle-ci.

Lequel de ces trois chemin les Etats-Unis vont-ils emprunter ?

En fait, aucun. La FED, la réserve fédérale américaine, n’est pas la BCE (banque centrale européenne). La première possède un double objectif de stabilisation des prix et de plein emploi alors que la seconde possède uniquement un objectif de stabilisation des prix. Les Etats-Unis n’empreindront pas la voie de l’austérité pour rembourser leur dette.

En fait, la FED joue le rôle de créancier en dernier recours des Etats-Unis. Le Trésor américain émet des bons pour refinancer sa dette que le FED rachète avec de la monnaie papier qu’elle créée à partir de rien. En d’autres termes, la FED fait tourner la planche à billets, elle injecte massivement des liquidités dans le circuit économique. Et ainsi, la dette est refinancée.

A présent, il faut s’interroger sur les effets d’une telle injection massive de liquidités dans le système économique. Moyennant l’hypothèse que cet argent filtre dans la machine économique, cette injection débouche sur de l’inflation : à production réelle de biens inchangée, il y a plus d’argent qui circule dans l’économie, ce qui altère la valeur de l’argent. En clair : si la masse monétaire double, à production inchangée, il faut que les prix doublent pour que le pouvoir d’achat de la monnaie reste identique. Ce processus peut prendre un peu de temps.

La dette étant un montant nominal, sa part dans la masse monétaire diminue à mesure que celle-ci augmente. Par exemple, s’il y avait jadis 100 dans le système monétaire pour 50 de dettes, le rapport était de ½ . A présent, si la masse monétaire double, ce rapport n’est plus que de ¼ . Par conséquent, l’inflation n’est rien de moins qu’un moyen de financer la dette par ses créanciers. Au terme du processus, les vainqueurs sont ceux qui étaient endettés et les perdants les prêteurs.

Le hic, c’est que le dollar est une monnaie de réserve internationale. A l’heure actuelle il est utilisé pour environ 60% des échanges commerciaux. Si la valeur du billet vert se déprécie, le monde en fera les frais. Longtemps, le Japon a été le plus grand créancier des Etats-Unis (765 milliards de dollars en janvier 2010). Depuis peu, la Chine est devenue son premier créancier (889 milliards de dollars).

Les Etats-Unis accusent la Chine de manipuler le cours de sa monnaie pour renforcer sa compétitivité à l’exportation. En effet, la banque centrale chinoise achète massivement des bons du trésor américain. Ce faisant, elle contribue à refinancer la dette américaine mais surtout, elle amasse des réserves colossales de dollars, ce qui évite une dépréciation importante de la valeur de celui-ci.

Des économistes poussent des cris d’orfraie à l’idée que la Chine « coupe le robinet du crédit » en refusant de continuer à financer la dette américaine. En réalité, les petits malins auront compris que cette situation pénaliserait la Chine : la valeur du yuan s’apprécierait, ce qui participerait à rééquilibrer le déficit de balance commerciale des Etats-Unis. Ce rééquilibrage serait salutaire.

Certes, les produits chinois ainsi que ceux des économies qui ont lié leur monnaie à celle du yuan deviendraient plus chers pour les Etats-Unis, mais ils ne représentent que 4% du PIB américain. Moyennant une appréciation de 30%, l’inflation au pays de l’oncle Sam serait de 1,2%, ce qui reste raisonnable, on est loin d’une hyperinflation à la zimbabwéenne (Le Monde Diplomatique ; avril 2010).

Aussi longtemps que les Chinois continueront à financer la dette américaine, ils produiront gratuitement pour les Etats-Unis. Le jour où ils arrêteront, la FED prendra le relais et fera fonctionner la planche à billets pour faire fondre la dette. La valeur du dollar se dépréciera alors fortement, ce qui endommagera irréversiblement la confiance des acteurs du commerce international dans le billet vert. A ce moment là, le billet Rouge chinois prendra le relai du dollar, ce sera la fin de l’hégémonie américaine.

Ainsi, de grands bouleversements géopolitiques sont en vue. L’important ici est de noter que le dollar finira tôt ou tard par s’effondrer, ce qui passera par une inflation importante. Cette inflation endommagera sévèrement l’économie mondiale et redéfinira les équilibres géopolitiques. En fait, la vérité est assez simple : il y a actuellement trop de liquidités dans le circuit économique.

Le problème se complique lorsqu’on additionne les effets du Pic de la dette et du Pic pétrolier. C’est précisément cette analyse qui se révèle intéressante.

Les américains vont se délester du poids de leur dette sur le monde, c’est une chose. Mais pensez-vous que les grands producteurs de pétrole accepteront indéfiniment d’être payés en monnaie de singe ? La réponse est dans la question. In fine, les Etats-Unis devront dégager les surplus nécessaires pour financer les importations de pétrole. Si le coût de celles-ci augmente très fortement, une part toujours plus importe du PIB réel américain devra être consacré à l’achat de produits pétroliers ce qui se traduira par des fuites massives de capitaux en dehors du pays. In fine, les Etats-Unis connaîtront une récession à moins qu’ils n’arrivent à financer la hausse du prix du baril par une croissance importante. Cette hypothèse est très improbable: la hausse du prix du baril va plomber la croissance (la récente hausse du prix du baril à 150$ a coûté 2 points de PIB aux USA).

Pour bien comprendre le rapport avec le Pic de la dette, il faut comprendre ceci : les américains peuvent financer gratuitement l’augmentation du prix du baril en imprimant plus de dollars tant que le dollar reste la principale monnaie de réserve pour les paiements internationaux. Ceci implique que sa valeur reste stable pour que le « capital confiance » du dollar reste intacte. Or, le Pic de la dette aura pour conséquence une inflation massive qui va lui faire perdre son statut de principale monnaie de réserve.

Publicités

Chinamérique : pourquoi le système financier mondial va t’il s’écrouler ?

tous les graphes proviennent de l’adresse suivante, ils ne sont là qu’à titre illustratif: http://beaugency.over-blog.com/article-les-dettes-fran-aises-et-americaines-comparees–43250165.html

Les Etats-Unis sont devenus les maîtres du monde au sortir de la guerre. Cette position dominante a très vite consacré le dollar comme la monnaie de référence pour le commerce international. C’est là un avantage énorme pour les Etats-Unis puisqu’ils ont le privilège de payer les marchandises qu’ils importent dan leur monnaie nationale. En outre, une grosse partie de la production de pétrole est libellée en dollars, donc tous les pays du globe ont besoin de dollars pour leurs approvisionnements énergétiques. En un mot : les Etats-Unis possèdent le pouvoir monétaire.

On observe aujourd’hui que le déficit de la balance commerciale des Etats-Unis, en particuliers avec la Chine,  est tout simplement vertigineux. La dette nationale américaine gonfle depuis quelques années à un rythme inquiétant et avec elle, les intérêts sur celle-ci. (voir graphe1). Le niveau d’endettement est tel qu’il faut aujourd’hui se demander quand les Etats-Unis feront défaut sur leur dette. Il faut douter de la volonté de la Maison Blanche d’imposer la rigueur budgétaire pour rétablir le déficit de la balance commerciale et payer la charge d’intérêts sur la dette. Ce type de politique serait beaucoup trop impopulaire, insoutenable. Dès lors, que font les Etats-Unis pour échapper à l’austérité ?

La réponse est simple : ils abusent de leur pouvoir de création monétaire. Pour financer la dette, ils font fonctionner la planche à billet. En clair : il créée de l’argent à partir de rien, ce qui fait augmenter encore et toujours plus leur dette. Mais pourquoi la valeur du dollar ne s’écroule t’elle pas ? Pourquoi ceci ne provoque t-il pas une inflation gigantesque qui devrait inévitablement déboucher sur une crise de confiance des acteurs du commerce international dans le dollar? Autrement dit : pourquoi la valeur du dollar reste-elle relativement stable ?!

En fait, la réponse est éminemment simple. Le cours d’une monnaie est déterminé par l’offre et la demande de cette monnaie. A offre égale, le cours d’une monnaie augmentera si la demande pour cette devise augmente ; et vice-versa. Donc, si le cours du dollar reste stable alors que l’offre de dollar ne cesse d’augmenter pour financer la dette us, c’est qu’il existe une demande pour « absorber » ces dollars qui « inondent » le reste du monde. D’où vient-elle ?

La réponse est double. D’une part, de la hausse des cours du pétrole, qui ne pourra que se poursuivre encore longtemps, puisque la probabilité imminente d’un choc pétrolier n’est pas négligeable. Les révolutions arabes en Egypte et en Libye, deux acteurs importants du marché pétrolier, confirment ce diagnostic : le cours du baril n’a jamais été aussi haut, il a récemment dépassé le record de juin 2008. D’autre part, de la Chine. Celle-ci inonde de ses produits le marché américain. Les américains achètent cette marchandise à crédit, marchandise qu’ils paient en dollars créés à partir de rien. La Chine place aussitôt tous ces dollars dans ses coffres et les place en Bons du Trésor américains pour financer le déficit américain. C’est ainsi qu’elle possède des réserves gigantesques de dollars, et qu’elle est devenue le premier créancier des Etats-Unis (voir graphe 2 & 3).

Quel cynisme de la part des chinois me direz-vous. Certes, mais il faut ici aussi nous demander pourquoi la Chine agit de la sorte. Pourquoi la Chine produit-elle gratuitement pour les Etats-Unis et acceptent-elle de refinancer en permanence le déficit américain ?

Ici, la réponse est moins évidente. Je note trois raisons. Premièrement, si la Chine convertissait systématiquement les dollars acquis par son commerce international en yuan et réinvestissait cet argent dans son économie, l’économie chinoise connaîtrait très vite une surchauffe provoquée par l’injection massive de liquidités dont la conséquence serait une hyperinflation. Deuxièmement, cette injection massive de liquidité augmenterait très vite le pouvoir d’achat des chinois. Ceux-ci pourraient alors acheter une partie toujours plus importante de leur production, l’économie chinoise se « recentrerait » sur marché intérieur. Ce mouvement est souhaitable, mais s’il n’est pas graduel, la hausse soudaine du pouvoir d’achat va favoriser l’émergence d’une classe moyenne qui, inévitablement, cherchera à convertir son pouvoir économique en pouvoir politique. En d’autre terme, ce recentrage favoriserait les conditions d’émergence d’une révolution sociale. Troisièmement, le yuan s’apprécierait, ce qui dégraderait la position compétitive à l’exportation de la Chine. Or, c’est justement sur cette dynamique extérieure que s’appuie la Chine pour se développer.

Ces trois éléments ne sont toujours pas convaincants. En fait, ils donnent l’impression que la Chinamérique est un « équilibre de la mort », ou chacun des deux acteurs a besoin de l’autre pour survivre. Est-ce le cas ? Ma réponse : à court terme « oui », pas à long terme. A court terme, la Chine doit soutenir artificiellement le cours du dollar pour garantir l’expansion de son commerce. A court terme, les Chinois produisent gratuitement pour les américains, donc la situation leur est défavorable ; Mais à long terme, toutes les capacités de productions réelles sont déplacées en Chine. Les Etats-Unis sont en train de se désindustrialiser massivement !!!

Qu’est-ce qui sonnera le glas de cet équilibre de la mort entre la Chine et les Etats-Unis ? J’identifie trois possibilités : (1) le reste du monde perd sa confiance dans le dollar, ce qui provoque l’écroulement de sa valeur ainsi que celui de tout le système financier. Ceci est très improbable, surtout que le cours du dollar va encore longtemps être soutenu massivement par la hausse des cours pétroliers. (2) Les Etats-Unis font défaut sur leur dette. Dans ce cas, le système financier va également s’écrouler puisqu’une part importante des dollars actuellement en circulation deviendra du papier à musique. (3) Une fois la majorité des capacités de production transférées en Chine, celle-ci refuse petit à petit de refinancer la dette américaine à mesure qu’elle se reconcentre sur son marché intérieur. Les Etats-Unis finiront par faire défaut et les immenses réserves de change Chinoise seront réduites en poussière. Le système financier mondial s’écroule et avec lui la puissance des Etats-Unis. La Chine déclarera alors qu’elle prend le pouvoir monétaire.

Dans tous les cas de figure on remarque deux choses : (1) le système financier va finir par s’écrouler ; (2) les Etats-Unis vont faire défaut. La question à deux dollars : quand  ?

 

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :