les idées qui font des petits!

En démocratie, on doit pouvoir débattre de tout, y compris des questions les plus dérangeantes. Sinon, on est plus en démocratie.

Les théoriciens de la fin de la croissance ne sont pas des uluberlus simplement parce qu’ils présentent une thèse dérangeante, leurs arguments doivent pouvoir être discutés, éprouvés, mis en perspective, dans le cadre du débat public. Or, on constate qu’ils sont systématiquement marginalisés, mis de côté. Si nous pensons que leurs arguments ne sont pas valables, pourquoi ne pas les laisser se ridiculiser en public?

Personne ne peut prétendre à la Vérité sans passer sous les fourches caudines d’un débat contradictoire, nulle Vérité n’est acquise, pas même les Lois de la physique. Mais la mise en cause d’une Vérité qualifiée de « scientifique » doit être disqualifée à l’aide de la méthode scientifique.

Le problème est justement que la « science » économique n’utilise pas la méthode scientifique pour affirmer son corpus théorique de base. C’est pourquoi on est en droit de la remettre en question, en utilisant la méthode scientifique. Sans ça, c’est l’héritage des lumières qui est bafoué, c’est ouvrir la porte à l’obscurantisme et au totalitarisme.

Je n’ai, à ce jour, rien lu qui puisse inffirmer les résultats du modèle du Club de Rome, par exemple. J’attends toujours. Pour rappel, ce modèle a été testé et construit avec des outils à l’épreuve de tout reproche sur le plan scientifique. Ses concepteurs ont largement adressé les critiques qui leur ont été faites.

J’attends toujours de lire un contre-argumentaire valable, c’est à dire qui repose sur des faits, et pas sur des croyances, des dogmes et ce que les anglos-saxons qualifient de wishful thinking.

Publicités

Commentaires sur: "En démocratie on doit pouvoir débattre de tout! …Mais pas n’importe comment." (1)

  1. Tu as mis le doigt là où ça fait mal, à savoir que le constat que font, entre autres, les objecteurs de croissance, est désagréable. Il est simple, plein de bon sens, basé sur des réalités constatables mais c’est parce qu’il remet tant de choses en question qu’il dérange et qu’on préfère regarder ailleurs et appliquer la politique de l’autruche, consciemment ou pas. Visiblement, face à l’avenir et au bien-être de tous et des générations futures, notre confort relatif prévaut à court-terme. Combien de temps va-t-on faire mine que tout ce cirque peut continuer et laisser la situation sociale se dégrader, les injustices se renforcer et la violence de tous contre tous se banaliser avant de se secouer, de regarder le problème bien en face et d’entamer la transition rapide et monumentale qui s’impose?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :