les idées qui font des petits!

Stabiliser la population ? On touche ici à un tabou, mais l’objectif de Frappes Chirurgicales n’est pas de faire dans le consensus mou et le politiquement correct mais de débattre de ce qui doit être débattu.

1.Stabiliser la taille de la population, pourquoi ?

A) Stabiliser notre empreinte écologique

La consommation de ressources de notre espèce est directement fonction de la taille de la population et de la consommation par habitant. Dès lors, pour stabiliser la taille de notre économie, il n’importe pas seulement de stabiliser la consommation individuelle mais aussi la taille de la population.

L’équation « IPAT » d’Ehrlich montre très bien ceci. Elle indique que l’impact environnemental (I)  de l’activité économique est le produit de la taille de la population (P) multiplié par le niveau des salaires (A) et l’intensité technologique (T) de la production (output).

Soit, (1) I = P*A*T

Avec A qui est une mesure du PIB, c’est-à-dire de la taille de l’économie, et T qui est une mesure de l’intensité de l’économie. Un exemple sera plus parlant : Tim Jackson indique dans son rapport « Prosperity without growth » (2009, p. 54) que les émissions totales de dioxyde de carbone provenant de la combustion de matériaux fossiles (C) (soit, l’impact environnemental (I)) sont données par le produit de la population (P) fois le niveau de salaire (mesuré en terme de PIB/personne (en $)), multiplié par l’intensité de l’activité économique (mesurée en gCO2/$).

Soit, (2)  C = P*$/personne * gCO2/$

En utilisant les données de l’année 2007, lorsque la population était de 6.6 milliards d’habitants, le niveau de revenu moyen en dollars constant était de 5900$ et l’intensité carbone de 760 gCO2/$. Dès lors, les émissions totales d’oxyde de carbone C étaient de :

(3) 6.6 * 5.9*0,77 = 30 milliards de tonnes de CO2.

Stabiliser l’impact environnemental absolu (I) de l’activité économique dans un contexte de croissance de la population et du PIB (la réalité actuelle) requiert une diminution en intensité induite par le progrès technologique compensant l’impact environnemental provoqué par la croissance de ces deux premiers paramètres. Le rapport Jackson (p. 54) démontre que ceci est loin d’être le cas. L’intensité carbone de l’économie a diminué de 0.7% depuis 1990 (grâce au gain d’efficacité induits par le progrès technologique), mais la population a augmenté de 1.3% et le PIB/habitant de 1.4% chaque année (chiffres agrégés pour toute la planète). Donc en fait, si on fait le calcul, les émissions de carbone ont augmenté en moyenne de 1.3 – 1.4 – 0.7 = 2%/an, ce qui sur 17 ans (l’année 1997 est l’année de référence) nous donne une augmentation absolue de 40% d’émissions par rapport à 1990, la date d’entrée en vigueur du Protocole de Kyoto. Conclusion : le progrès technologique n’a depuis 17 ans, pas été en mesure de contrebalancer la moitié de l’impact environnemental induit par la croissance du PIB ou de la population.

En outre, Le rapport Jackson démontre avec beaucoup de discernement que les réductions en intensité requises sur base de scénarios réalistes de croissance du PIB et de la population sont utopiques. Le progrès technologique à lui seul ne peut nous sauver. Ou pour le dire en termes économiques : s’il existe des preuves tangibles d’un découplage relatif entre la croissance et son intensité, il n’existe aucune preuve d’un découplage absolu, c’est-à-dire d’une diminution/stabilisation de notre impact écologique accompagnée d’une croissance de l’économie. L’impact environnemental absolu de notre économie n’a cessé de croître.

Dès lors, stabiliser la population et changer les comportements de consommation est nécessaire.

B) Une question de Justice sociale

Dans un monde fini, aux ressources limitées, un accroissement de la population exacerbe les tensions touchant à la juste répartition des ressources. Les tenants de la théorie de la transition démographique prédisent une stabilisation naturelle de la population aux alentours de 9 milliards d’être humains à l’horizon 2050. Outre le fait que je ne sois pas d’accord avec les hypothèses sous-jacentes de cette théorie (voir mon article : « An inconvenient truth II »), on peut douter du fait qu’avec une population de 9 milliards chaque être humain puisse vivre dans des conditions décentes. Aujourd’hui déjà, 2 milliards d’être humains vivent avec moins de 2$ par jour. Une croissance de la population ne fera qu’exacerber les inégalités et les tensions entre les peuples provoquée par la course à « l’accaparation » des ressources. Sans oublier que notre agriculture est très largement mécanisée, ce qui a permis de multiplier les rendements agricoles et donc de dégager les surplus nécessaires à la croissance de la population. Etant donné qu’il existe une corrélation très forte en croissance de la population et croissance de notre exploitation d’énergie, on peut se demander si dans le contexte de descente énergétique qui s’annonce (voir mes articles sur le Pic pétrolier), nous pourrons continuer à produire suffisamment de nourriture pour nourrir chacun (Etopia organise une conférence le 27 avril à l’ULB sur le thème de l’agriculture sans pétrole, j’espère y recueillir des éléments de réponse à cette question). Par conséquent, pour limiter les inégalités, il faut non seulement consommer moins, mais aussi moins de consommateurs. Ou, selon la formule consacrée: «  we need smaller footprints but we need also fewer feets ».

2. Stabiliser la taille de la population, comment ?

Le rapport de la première conférence sur l’économie stationnaire suggère quelques pistes de réflexions. Le point de départ est qu’il faut mener des politiques natalistes de prévention et mettre en place des incitants pour stabiliser la population. Le recours a des politiques coercitives, voir totalitaristes, telles que pratiquées en Chine (politique de l’enfant unique) ou en Inde (stérilisation) sont à bannir. Le rapport suggère d’axer les efforts de prévention  sur l’éducation, le contrôle des naissances et l’égalité des droits pour les femmes. En effet, on estime que 40% des grossesses dans le monde sont involontaires. Chaque année, il y a 80 millions de grossesses non planifiées dans le monde, presque l’équivalent de la croissance annuelle de la population mondiale. Sur le volet incitant, l’Etat peut mettre en place des incitants fiscaux à limiter le nombre d’enfants à deux par famille.

Mais en vérité, il faut reconnaître que le problème est asymétrique puisque les pays industrialisés connaissent pour la plupart une décroissance de leur population alors que des pays en voie de développement ou du tiers monde connaissent une forte croissance démographique. C’est l’immigration qui permet de maintenir une croissance démographique dans les pays riches qui connaissent un taux de fécondité inférieur à 2/femme. Partant de cette observation, Peter Victor se concentre sur des politiques spécifiques aux pays riches dans son livre Managing without growth (2008 ; il s’intéresse en particulier au cas du Canada). Il suggère de maintenir un solde migratoire net nul dans ces pays (et d’augmenter la coopération au développement en parallèle).

Cette question est politiquement très délicate, sans oublier que beaucoup de pays riches, les Etats européens à l’exception notoire de la France, connaissent un vieillissement de leur population qui pose sérieux problème pour le financement des pensions et de la sécurité sociale. Ce problème est selon moi très mal appréhendé par les « policy-makers » en totale incapacité de penser autrement (l’introduction d’une monnaie complémentaires pourrait très largement contribuer à réduire les coûts du vieillissement et ce gratuitement (en terme de flux monétaires classiques du moins, mais soit, ceci n’est pas l’objet de cet article). Il est très clair que sur ce point, le business as usual nous mène déjà droit au mur (voir mon article : « Coût du vieillissement démographique : éviter le clash des générations »), donc en soit ce n’est pas le maintien d’un solde migratoire net nul qui va y changer quelque chose.

Reste qu’il faut oser dire les choses : ce sont les pays industrialisés qui sont responsables de la majeure partie des dégâts environnementaux : l’empreinte écologique d’un américain et d’un européen est largement supérieur à celle d’un africain, inutile d’illustrer ce propos avec des chiffres. Or, ce sont ces mêmes pays qui connaissent une stabilisation de leur population. Dès lors, il faut éviter le piège de l’hypocrisie en invitant les pays pauvres à stabiliser la taille de leur population afin que nous puissions continuer à vivre sans modifier nos modes de consommation. De ce point de vue, le célèbre « le problème de l’Afrique, c’est la bite des noirs » de Pascal Sevran est totalement déplacé. Donc, on le voit, la solution doit nécessairement être systémique car si les pays pauvres consentent à faire des efforts pour maîtriser leur démographie, il faudra que les pays riches consentent en contrepartie à remettre en cause leurs habitudes de consommation.

En fin de compte, il faut bien souligner que le premier paramètre sur lequel on peut influer pour stabiliser la population est de briser le tabou à ce propos et d’amener le débat sur la place publique. Chacun semble conscient que l’augmentation de la population est un problème, beaucoup souhaitent que celle-ci se stabilise, mais au niveau individuel, personne ne semble être prêt à « s’auto-limiter ».

Le débat est délicat mais il ne peut être éludé.

Publicités

Commentaires sur: "STEADY STATE 2 : stabiliser la population" (7)

  1. @dlamot
    Chacun est libre d’avoir autant d’enfants qu’il le souhaite. C’est son affaire. Et c’est son problème. Nul Etat ne peut légitimement lui dicter ce qui est sa raison de vivre et d’espérer. Nul Etat ne peut prétendre être plus sage et plus informé que des parents qui souhaitent un enfant. L’Etat n’a rien a faire dans le secret des chambres a coucher. C’est une liberté humaine qui aurait du être inscrite dans la déclaration des Droits de l’Homme de 1789.

    • Malheureusement les choses sont un peu plus compliquées que cela. A partir du moment où la démographie devient un problème de société, sa gestion entre dans l’espace démocratique, c’est un problème qui doit pouvoir être discuter. Mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, ce n’est pas à l’Etat qu’il revient de régler ce problème en imposant des solutions d’en haut. Mais de toute façon, ce débat est un peu stérile. L’enjeu aujourd’hui est de savoir si nous pourrons continuer à produire autant dans un contexte de croissance démographique et de descente énergétique.

      • @dlamot
        Votre précision est importante. Je suppose que vous ne souhaitez pas qu’un dictateur organise le nombre d’enfants qui serait autorisé pour chacun.

        En ce qui concerne la richesse mondiale. Plus la population sera nombreuse, plus chacun sera riche. En effet, c’est l’échange qui crée le plus de richesse. Plus on est nombreux plus les occasions d’échange abondent. Plus l’offre est imaginative. Et plus la population est riche.

        Votre analyse de l’influence du prix de l’énergie sur la création de richesse est fausse. Fondamentalement, vous faites un raisonnement typiquement malthusien. Donc ce raisonnement est réfuté depuis plus d’un siècle. Penchez vous sérieusement sur cette réfutation de Malthus. Vous découvrirez alors le véritable raisonnement économique.

        Le raisonnement économique raisonne sur les concepts à la manière de la philosophie. Comme tout philosophe, le bon économiste se préoccupe que chacun des concepts qu’il utilise soit parfaitement définis de manière cohérente. Toute incohérence d’un concept l’invalide.

        Par exemple, le concept de Justice sociale est nécessairement incohérent. Il se contredit lui-même gravement. Ce concept de Justice social est inopérant pour l’action humaine, inopérant pour le jugement. Ce concept de Justice sociale est un « anti-concept ».

      • je connais parfaitement la théorie orthodoxe, merci. Mais j’ai eu l’audace de la dépasser pour regarder du côté de la critique. L’économie et l’échange, c’est bien beau, je ne conteste nullement ses vertus, mais encore faut t-il comprendre que tous ces échanges s’intègrent dans le monde réel, gouverné par des lois physiques. L’économie est un sous ensemble de la biosphère, c’est cette vision préanalytique que vous contestez et qui est le fondement de l’économie écologique en tant que nouveau paradigme. Lisez des auteurs comme Daly et Georgescu-Roegen et puis nous reviendrons sur cette discussion. En attendant, tout débat entre vous et moi sera stérile puisque vous ne comprenez pas le cadre dans lequel je raisonne (c’est davantage un constat qu’une critique, j’apprécie vos remarques).

    • @dlamot
      En effet, nous ne sommes pas d’accord. L’économie n’est pas un « sous-ensemble » de la biosphère. C’est du n’importe quoi! D’autre part, il n’existe pas une théorie économique « orthodoxe ». Peu de choses sont partagées par tous les économistes universitaires.

      La création de valeur par l’échange est un des rares points qui fait un consensus entre les économistes universitaires.

  2. Oui, ces réflexions sont intéressantes et en effet c’est très important de limiter la population mondiale. Toute solution qui ne s’en préoccuperait pas irait à l’échec. En gros toute politique écologique nécéssite aussi une politique de modestie démographique.
    Voyez ce qu’en dit l’association française Démographie Responsable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :