les idées qui font des petits!

A présent que j’ai cadré les enjeux de la « Révolution Verte » (voir articles des deux mois précédents), je peux poser quelques principes qui doivent guider son implémentation concrète :

1)      substituer l’énergie organique renouvelable à l’énergie mécanique non-renouvelable. En d’autres termes, des engins tels que la brosse-à-dent électrique, le « souffleur de feuille mortes », le coupe pain automatique, par exemple, devraient être bannis du marché. L’homme peut très bien effectuer ces tâches lui-même pour un effort marginal ;

2)      Appliquer le principe de subsidiarité au commerce international : seuls peuvent être importés les biens qui ne sont pas produits localement. Concrètement, cela signifie un retour du protectionnisme certes, mais aussi et surtout des savoir-faire locaux. Quoi qu’il arrive, cette transition se fera naturellement lorsque le prix du baril implosera, c’est-dire lorsque son prix reflétera réellement sa rareté ;

3)      Appliquer le principe de subsidiarité au transport. En clair : le vélo en centre-ville, tram et métro pour les distances entre deux points éloignés d’une métropole, bus et trains pour la banlieue. A terme, la voiture doit disparaître ;

4)      Stabiliser la démographie ;

5)      Implémenter l’idée de limite aux capacités de la Biosphère en utilisant l’empreinte écologique pour déterminer un « crédit carbone » par habitant. Ceci implique bien sûr de passer d’une comptabilité monétaire à une comptabilité énergétique. Le marché fera le reste. Par exemple, il passera d’une conception marchande de la valeur à une conception d’usage de la valeur. Par définition, seuls les biens indispensables seront produits en priorité puisque les autres feront exploser inutilement le quota d’empreinte écologique. La croissance quantitative fera place à la croissance qualitative : le paradigme du monde fini se substituant à celui du monde infini, l’expansion du système étant contrainte par une limite supérieure, le système sera forcé de se réorganiser en permanence de l’intérieur pour augmenter son efficacité éco-énergétique. En fait, le rôle du progrès technologique sera encore plus important qu’aujourd’hui ;

6)      Utiliser les énergies fossiles pour financer la transition vers le renouvelable ;

7)      Réorienter l’agriculture mécanique vers la permaculture, seule solution durable permettant d’obtenir des rendements proches de ceux de l’agriculture industrielle.

8)      Évoluer vers une production décentralisée de l’énergie : chaque habitation doit évoluer vers l’autosuffisance. En outre, grâce à une mise en réseau, les surplus des uns doivent pouvoir alimenter les besoins des autres (interconnectivité).

En fait, la mesure 5) suffit à elle seule à réorienter drastiquement notre développement. Les gens sont-ils prêts à accepter ces changements ? Honnêtement, j’en doute. C’est donc dans la douleur que le monde accouchera de la quatrième révolution énergétique.

Publicités

Commentaires sur: "Le temps du monde fini : le développement soutenable concrètement" (4)

  1. AdrienD a dit:

    Rooooh je suis trop bon public, faut que j’arrête de commenter :p Enfin j’y arrive pas, donc tant pis^^

    L’idée en 5) me semble très intéressante. Grosso modo cela correspond à étendre une taxe carbone, non? Enfin en tous cas l’idée de payer en intégrant les externalités est très séduisante, il me reste cependant une inquiétude: la quantité de carbone émise est aisément quantifiable et donc facilement quantifiable dans le « crédit carbone ». Mais comment faire pour l’impact sur la biodiversité ou d’autres? Est-ce aussi réalistement possible à quantifier?

    Au-delà de ça, j’aurais tout de même les quelques doutes suivants (au-delà de ceux que j’ai déjà exprimé dans tes articles précédents) 🙂
    Le 1) est pour moi l’exemple ultime du caractère impossible de définir les produits « gaspillants », c’est pour ça que je préfère ton 5). Par exemple, la brosse à dent électrique permet une plus grand hygiène bucale; la scie électrique pour le pain est nettement plus rapide, plus hygiénique et mène probablement à une usure moins rapide des lames; le souffleur de feuilles mortes serait rapidement exclu par un crédit carbone (quoique c’est peut-être plus efficace que ça en a l’air 😀 ).
    Le 3) me pose un souci: et si la voiture toute électrique devient réelle et pratique? de plus, l’utilité du vélo et des transports en commun est très très dépendante de la densité de population. On oblige tout la Belgique à habiter sur une superficie de 5 fois Bruxelles pour que ce soit assez? Bruxelles est déjà limite au niveau densité de population pour les transports en commun.
    En 7), c’est quoi la Permaculture? J’ai manqué un de tes articles sur le sujet?
    En 8), je dirais qu’il n’est pas très efficace de produire son tissu chez soi, sa voiture chez soi ou son PC portable, même si on avait le temps de le faire. Les économies d’échelle existent aussi pour l’énergie. Sans subsides, même avec un crédit carbone, je pense que personne n’installerait des panneaux solaires chez soi dans l’état actuel de la technologie.

    • hummm, j’avoue m’être posé les mêmes questions au moment de la rédaction. Le 1) est assez facile à implémenter, c’est l’équivalent d’une norme environnementale « command & control »: « interdiction de produire des biens qui demandent de l’énergie non renouvelable pour fonctionner et qui procurent un service pouvant être effectué par l’homme moyennant un effort marginal ». Certes, le marginal sera soumis à l’acceptation du juge…

      2) pour la bagnole, ok si on arrive à la faire fonctionner à l’énergie 100% renouvelable et que assez d’énergie produite. Il faudra une grosse percée technologique car on est encore loin. En attendant, utiliser de l’énergie devenue rare pour faire fonctionner une bagnole au lieu d’un train (et réutiliser le gain d’efficacité pour d’autres applications) est une hérésie bioéconomique, tu en conviendras j’espère (ou à tout le moins un choix de société car des arbitrages devront être faits).

      3)Pas plus efficace que le vélo pour les petites distances (1-7km), je sais de quoi je parle. Et tout bénéf pour la santé (sans compter que le seuil subjectif de tolérance à la douleur de la population cycliste est plus important que celui de la moyenne), la bonne humeur, la productivité, la qualité de l’air, la fluidité de la circulation, etc.

      4) en fait, l’idée est de matérialiser l’idée de limite afin que l’activité économique soit contenue dans des proportions soutenables pour la biosphère. Dans un premier temps, une taxe carbone généralisée devrait permettre de diminuer fortement notre empreinte écologique. L’idée est d’emprunter le chemin inverse à celui parcouru aujourd’hui: 1) quelle proportion de CO2 émis est-elle raisonnable vu les capacité d’assimilation de la terre? 2) division de ce quota pour la terre par la taille de la population (on voit déjà les problèmes n-s arriver au grand galop)pour définir un quota individuel, 3) établir un système d’empreinte carbone pour chaque produit, 4) laisser faire le marché (y compris la possibilité pour les uns de revendre une partie de leur quota).

      Ces mesures sont subordonnées au retour du politique, bien sûr.

  2. Thibault, tu veux m’épouser?
    C’est maintenant ou jamais, soyons bien clair!

    En tout cas ravis de voir que ton développement intellectuel à coup de dialectique à réussi à aboutir sur ces conclusions qui me semblaient tout aussi logique. En tout cas sur l’idée protectionniste, de la taxe carbone, des TEC…

    J’aime bien aussi ton idée kollectiviste de redistribution des surplus individuels, mais bon, comme tu me l’as déjà dit, confondons pas pragmatisme et idéaux utopiste, n’empêche que t’en est pas loin!

  3. […] The busiest day of the year was November 23rd with 125 views. The most popular post that day was Le temps du monde fini : le développement soutenable concrètement. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :