les idées qui font des petits!

On peut lire dans la Libre de ce jeudi 30 septembre (p.2) que « trois millions d’emplois verts (« green jobs ») devraient être crées d’ici 2020 dans l’Union », selon les espérances de M. Barroso. « Il en va de notre compétitivité internationale » peut on lire plus loin, le président Obama aurait déclaré en substance que « le pays leader dans l’économie des énergies propres sera le pays leader de l’économie globale ». Notons à ce propos que l’Allemagne et les pays scandinaves sont en pôle position. Un peu plus loin, on peut lire que la commission a lancé une proposition de plan visant à « verdir » notre économie et à anticiper le besoin de compétences liées à la « croissance verte » (« green growth »).  Car c’est bien ce dont il s’agit, produire de la croissance verte.

 Bien, tout ceci est ma foi fort joli, mais l’observateur critique se doit de s’interroger sur cette question : « qu’est-ce que la croissance verte ? ». C’est précisément une des questions à laquelle l’économiste canadien Peter A. Victor s’est attaché à répondre. J’ai assisté à une conférence suivie d’un séminaire qu’il a donné à Louvain la Neuve ce lundi et mardi 27 et 28 septembre, ce qui m’a donné l’occasion de réfléchir à la question. Dans un article récent (1), il définit la croissance « verte » comme « l’intensité (de l’économie) qui diminue plus vite que l’augmentation de (sa) taille » –  « intensity that declines faster than scale increases ». A partir de cette définition, il élabore celle de croissance « brune » (« brown growth ») : lorsque l’intensité de l’économie diminue moins vite que l’augmentation de sa taille – when intensity declines more slowly than increases in scale. Enfin, de ces deux définitions découle celle de croissance « noire » (« black growth ») : lorsque la taille et l’intensité de l’activité économique augmente – when both scale and intensity increase. La mesure de la taille de l’économie est le PIB, la mesure conventionnelle de la croissance dans son acceptation normative standard. L’intensité fait quant à elle référence à l’input en termes de matière et d’énergie requis pour produire ce PIB.

 Reprenons depuis le début. Dans le paradigme bioéconomique/écologique (voir article : « Transition économique : reformater la pensée occidentale »), la terre est vue comme un système thermodynamique fermé, ce qui signifie qu’elle n’échange que de l’énergie (la lumière provenant du soleil) avec l’univers et pas de la matière (sauf cas d’exception, lorsque des météorites parviennent à percer la croûte atmosphérique). De ce point de vue, la terre ressemble à un vaisseau spatial, selon les termes de l’article explosif de Boulding paru en 1966 (2), et l’économie n’est qu’un sous ensemble du système « terre » en interaction avec l’environnement. Celle-ci est à son tour un système thermodynamique ouvert, c’est-à-dire qui échange de la matière et de l’énergie avec son environnement : nous puisons des ressources et de l’énergie dans l’environnement pour manufacturer des biens et rejetons de l’énergie et des déchets au terme du processus. Or, il est crucial de remarquer que l’économie puise dans un stock fini de matière. Certes, « rien ne se perd, rien ne se crée » nous dicte la première loi de la thermodynamique, et en ce sens, le processus économique ne peut détruire de la matière, mais se serait oublier la seconde loi, le principe d’entropie, qui commande que « tout se transforme ». En substance, cette loi implique que le processus économique s’accompagne d’une transformation qualitative irréversible de la matière qui augmente son entropie, c’est  à dire qui accélère son processus de dégradation.  

 Sachant ceci, les bio économistes affirment deux choses : (1) la terre étant un système thermodynamique fermé, la croissance possède des limites, elle ne peut être infinie ; (2) sachant que l’économie et l’environnement son deux systèmes interdépendants, l’économie pour être soutenable (« sustainable ». Je préfère ce terme à celui plus courant de « durable »), doit rester dans des limites acceptables pour ne pas perturber l’environnement de façon irréversible, ce qui affecterait directement notre potentiel de survie (l’économie et l’environnement sont interdépendants). Si on accepte d’une part ces deux fondements, et d’autre part le fait que l’expression « croissance verte » ne prend du sens que dans le cadre d’un développement soutenable, on doit convenir que la définition que Victor donne à ce concept est exacte. 

 Reste à savoir si nos économies s’engagent effectivement sur le chemin de la croissance verte ou seulement sur celui de la croissance brune c’est-à-dire si les pays industrialisés ne sont pas en train de ressusciter le Mythe du Progrès éternel en confondant croissance verte et croissance brune. Autrement dit, n’y a-t-il pas méprise sur les termes dans l’article de la Libre ?

 Dans la conception actuelle, le PIB, soit la taille de l’économie, continue à croître. Dans ce cas, il n’y aura de croissance verte que si cette hausse est compensée par une baisse en intensité équivalente. La question est donc de savoir s’il y a des preuves empiriques de ce mouvement. L’équation d’Ehrlich indique que l’impact environnemental (I)  de l’activité économique est le produit de la taille de la population (P) multiplié par le niveau des salaires (A) et l’intensité technologique (T) de la production (output).

 Soit, (1) I = P*A*T

 avec A qui est une mesure du PIB c’est-à-dire de la taille de l’économie et T qui est une mesure de l’intensité de l’économie.

 Tim Jackson donne dans son rapport « Prosperity without growth » (2009, p. 54) un exemple qui infirme l’hypothèse que notre économie s’engage sur le chemin de la croissance verte. Pour l’émission de dioxyde de carbone provenant de la combustion de matériaux fossiles, les émissions totales (C) (soit, l’impact environnemental (I)) sont données par le produit de la population (P) fois le niveau de salaire (mesuré en terme de PIB/personne (en $), multiplié par l’intensité de l’activité économique (mesuré en gCO2/$).

 Soit, (2)  C = P*$/person * gCO2/$

 En utilisant les données de l’année 2007, lorsque la population était de 6.6 milliards d’habitants, le niveau de revenu moyen en dollars constant de 5900$ et l’intensité carbone de 760 gCO2/$, le rapport de Jackson indique que les émissions totales d’oxyde de carbone C étaient de :

 (3) 6.6 * 5.9*0,77 = 30 milliards de tonnes de CO2.

 “What the hell is the point” me direz-vous. Et bien, le rapport refait le calcul avec les données de 1990, soit la date de signature du protocole de Kyoto, et obtient 21.7 milliards de tonnes de CO2. Conclusion : si on compare ces deux chiffres, on conclut que l’impact environnemental de notre économie n’a cessé d’augmenter dans l’absolu. En d’autres termes, il n’y a pas eu de croissance verte jusqu’ici.

 Mais me direz-vous, ceci ne présume en rien de la possibilité future d’une croissance verte. Certes, mais, et c’est ici qu’il faut être attentif, la perspective actuelle ne laisse en rien présager que ce sera le cas demain. En effet, partant de la double observation que (1) la population mondiale ne cesse de croître (9milliards à l’horizon 2050 selon les prévisions de l’ONU) et (2) le PIB, soit le revenu par habitant va continuer de croître, seule une diminution en intensité induite par le progrès technologique compensant la hausse de ces deux facteurs peut générer de la croissance verte. D’où notre propension à croire que le progrès technologique va nous sauver.

 Est-ce le cas?

 Encore une fois, le rapport Jackson infirme cette hypothèse (p. 54). L’intensité carbone à diminué de 0.7% depuis 1990 (grâce au gain d’efficacité induits par le progrès technologique), mais la population a augmenté de 1.3% et le PIB/habitant de 1.4% chaque année (chiffres agrégés pour toute la planète). Donc en fait, si on fait le calcul, les émissions de carbone ont augmenté en moyenne de 1.3 – 1.4 – 0.7 = 2%/an, ce qui sur 17 ans (l’année 1997 est l’année de référence) nous donne une augmentation absolue de 40% d’émissions par rapport à 1990. Conclusion : le progrès technologique n’a depuis 17 ans, pas été en mesure de contrebalancer la moitié de l’impact environnemental induit par la croissance du PIB ou de la population. Vu les estimations de l’ONU par rapport à la population, il semble évident que la croissance du PIB nous mène droit dans le mur. En effet, le rapport Jackson démontre avec beaucoup de discernement que les réductions en intensité requises sur base de scénarios réalistes de croissance du PIB et de la population, sont utopiques. Le progrès technologique à lui seul ne peut nous sauver. Ou pour le dire en termes économiques : s’il existe des preuves tangibles d’un découplage relatif entre la croissance et son intensité, il n’existe aucune preuve d’un découplage absolu, c’est-à-dire d’une diminution/stabilisation de notre impact écologique accompagnée d’une croissance de celle-ci, car l’impact environnemental de notre économie n’a cessé de croître. En d’autres termes, et pour répondre à la question initiale : « oui, il y actuellement confusion entre croissance verte et croissance brune. Nos économies produisent aujourd’hui de la croissance brune ».

 Last but not least, la question à présent est de savoir pourquoi ? Souvenez-vous la définition de Victor de la croissance verte: celle-ci exige une diminution en intensité ET en taille de notre économie. Or, que se passe t-il aujourd’hui? Grâce au progrès technologique, l’intensité de l’économie diminue, mais dans l’absolu, notre impact environnemental continue d’augmenter car ces gains d’efficacité sont réinvestis pour générer de la croissance. C’est ce qu’on appelle l’effet rebond (“rebound effect”). Un exemple concret donné par le professeur Victor lors de son séminaire aidera à comprendre ce raisonnement. Imaginons que le prix de l’essence diminue. Cette diminution va avoir un effet positif sur la contrainte budgétaire du consommateur. Autrement dit, avec le même salaire, il va pouvoir consommer davantage. On observe un double effet sur le comportement de consommation, l’un direct, l’autre indirect. Effet direct : le conducteur va conduire plus et donc dépenser plus d’énergie ; Effet indirect : le consommateur va dépenser le gain d’efficacité en d’autres biens de consommation (vacances, PC,…).  Résultat des courses : l’impact absolu de l’activité économique augmente.

 A vous de tirer les conclusions de cet article.

 (1)   P. A., Victor (2010). Ecological economics and economic growth. Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 1185, p. 237-245.  

(2)   « on the economics of spaceship Earth”

Publicités

Commentaires sur: "La Croissance Verte: nouveau mythe?" (1)

  1. […] « Transition écologique: reformater la pensée occidentale« et « Croissance Verte: nouveau mythe?) donc je ne vais pas poursuivre, mais il est capital de comprendre que l’économie est un […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :