les idées qui font des petits!

Lorsque je regarde autour de moi, que j’observe les gens de ma génération, je ne peux réprouver ce sentiment que nous sommes paumés. Génération sacrifiée, sans combat ni engagements fermes, déboussolée, apathique en vérité. On sent la peur de l’avenir plutôt que la foi en un avenir meilleur. Fatalité, résignation, la raison semble triompher de cette passion qui jadis mena nos pères à mener leur révolution. Chômage de masse, crise des valeurs, manque d’idéaux, oui, cette génération est paumée. Tous veulent partir loin, très loin.

Il faut dire que le contexte, socio-économique, politique, n’aide pas à mettre de la joie dans les cœurs. C’est la crise. Et pourtant, l’aube ne déchire t-il pas son voile après la pénombre? J’ai un ami qui récemment m’a fait cette confession, témoignage d’une intense tristesse : « on préférerait ne pas avoir de gosses pour leur éviter d’avoir à vivre dans ce monde ». Se faisant l’écho de ce désarroi, mon père déclara récemment à table « bah, ils feront leur révolution, comme nous l’avons fait ».

Rien n’est plus vrai. C’est à nous de sortir de cet état de léthargie. Cette génération est apathique, cantonnée dans son rôle de consommateur, elle est incapable de se réinventer lorsque la machine à produire s’enraye. Plus que jamais, j’en suis persuadé, c’est à chacun qu’il appartient, à l’échelle de sa vie, de se réapproprier une partie de l’espace citoyen, d’être acteur plutôt que consommateur. Les réseaux sociaux  et internet offrent un potentiel de partage ainsi qu’un accès direct à la connaissance, un espace de débat au service de la densification du lien social, encore largement inexploité. Malheureusement, internet ne tient pas sa promesse, car le contact humain virtuel ne peut se substituer au contact de la chair(e)…

Génération paumée, quels sont tes espoirs, tes envies ? A toi de ranimer la flamme, de semer en toi ce grain de folie. Ce monde c’est le nôtre, il n’y a pas de fatalité, à nous de le réinventer, à toi à te réinventer. Un travail de fourmi, chaque jour, en toute modestie. Il nous faut retrouver le goût du vrai et de l’amitié, du partage, recréer des espaces de dialogues, décloisonner les savoirs et les certitudes de chacun. Je ne possède pas les réponses, ne prétends pas être différent, seulement des questions. Quels sont tes combats ?

 

Pour que nous ne soyons pas une génération sacrifiée.

Publicités

Commentaires sur: "Pour que nous ne soyons pas cette génération sacrifiée" (4)

  1. D’accord sur le constat, par sur la solution. Jamais la mobilisation de demain ne sera-t-elle virtuelle; cela, ce sont 7 ans d’internet intensif qui me l’ont appris. Au mieux, les réseaux sociaux et autres plateformes internet peuvent servir de catalyseurs.

    Mais la vraie révolution, concrète, elle se fait dans la rue, entre « vrais » gens, en vis-à-vis. Elle se fait dans les comités de quartiers, les groupes d’achat commun, les communautés locales. Elle se fait au quotidien, mais sur le long terme.

    Lorsque tout ce qu’internet a à proposer, c’est le règne de l’instantané, la masse virtuelle crée à une vitesse surprenante, mais qui ne s’en désagrège que plus vite. Internet est un leurre de communauté, qui ne redonne espoir aux révolutionnaires parmi nous que par l’immensité des chiffres de mobilisation qu’il permet de produire à une vitesse vévéprime. Chiffres qui ne sont hélas jamais suivis d’actions, ou si peu…

    A recommander à ce sujet: le dernier film de Coline Serreau, « Solutions locales pour un désordre global ». On y voit l’importance de se rattacher à la substance des choses, pas à leur mirage.

    • oui, je me suis fait la même réflexion après avoir pondu ce billet. Je vais d’ailleurs le modifier. Ma solution est plutôt que chacun réinvestisse l’espace démocratique à l’échelle de sa vie. Internet n’a pas tenu ses promesses, stop au virtuel, nous sommes d’accord.

  2. « le contact de la chaire » … tu fais de la propagande pro-universitaire, espèce d’élitiste 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :