les idées qui font des petits!

Dans le cadre d’un second face-à-face nord-sud, le Soir et De Standaard organisent un débat le 7 juin à l’ancienne Belgique. Quatre ténors de la politique belge en les personnes de Didier Reynders, Elio Di Rupo, Bart De Wever et Yves Leterme s’affronteront. A cette occasion, 100 lecteurs de chacun de ces deux journaux seront sélectionnés pour être présent et poser une question à l’orateur de leur choix. Je figure parmi les heureux élus et soumettrai à cette occasion cette (double) question à M. Di Rupo:

Introduction:


Le PS affiche comme priorité le redéploiement économique de la Wallonie (cf. Plan Marshall), objectif louable s’il en est un. En parallèle, vous prétendez défendre les chômeurs, les pauvres, les opprimés, la veuve et l’orphelin. Dès lors, ne trouvez-vous pas que votre parti est en proie à un conflit d’intérêt: d’un côté le PS à un intérêt objectif à maintenir sa base électorale (les pauvres) dans l’indigence, de l’autre, il prétend nous sortir du marasme économique. Et à ce titre, il est victime d’un fameux paradoxe: l’objectif de redistribution est subordonné à l’existence des riches, les socialistes (à moins de partager la pauvreté) se nourrissent du vice qu’ils dénoncent. En bref, je pense que l’électorat du PS est inversement proportionnel au nombre de riches, votre parti n’est que l’avocat d’intérêts corporatistes, ceux des pauvres.

Question :

1) En regard de cette double observation, M. Di Rupo, qu’est-ce qu’un socialiste aujourd’hui? Qu’est-ce qu’un socialiste aujourd’hui si ce n’est un libéral de gauche, çàd quelqu’un qui cherche à assurer la condition de base pour que le modèle libéral puisse réellement porter un idéal émancipateur pour tous, j’ai nommé: l’égalité des chances. En fait, quelle différence subsiste t-il sur le plan idéologique entre le PS et le MR, si ce n’est une différence de perception (PS défenseurs du bien-être social vs MR parti des nantis)?

2) Pour dire vrai, il me semble que le modèle libéral a triomphé à tous les niveaux, pour moi, chaque parti pratique une forme de libéralisme différente. Dès lors, n’est t-il pas démago et lénifiant de parler de “bain de sang social” et de “crise libérale” (cf . les régionales de 2009)? Selon moi, votre discours est facile, sans nuance, dangereux, d’autant qu’il pratique l’amalgame: la crise actuelle n’est que celle d’une forme débridée de libéralisme économique (qui par ailleurs est pratiquée aux Etats-Unis, pas en Europe). Dès lors, est-ce faire preuve d’honnêteté intellectuelle que de faire l’amalgame avec le discours du MR, d’autant que c’est là profiter de l’indigence intellectuelle de ceux là-même que vous défendez.

Merci d’avance pour votre réponse.

Publicités

Commentaires sur: "Face-à-face N-S II: ma question à Elio Di Rupo." (1)

  1. Sacré Loïc a dit:

    Tu résumes assez bien le fond de ma pensée sur ce parti qui gangrène notre état et a contribué par son attitude(magouilles…) à déteriorer l’image des francophones auprès des flamands.

    Vive le PP. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :