les idées qui font des petits!

Depuis bientôt trois mois, l’euro souffre face au dollar. Sont épinglés les problèmes budgétaires de la Grèce qui nous dit-on mettent en danger la stabilité de la zone euro (déficit de 12,7% du PIB en 2009 alors que les critères de convergence de Maastricht imposent la norme de 3% (1)). A ce sujet, je me souviens d’un titre évocateur d’un édito de la Libre : « un Etat peut-il faire faillite ? ».

La situation grecque devient en effet préoccupante : alors que le pays est déjà sous tutelle de la Commission, le sulfureux Fond Monétaire International (FMI) pointe le bout du nez. Le problème est que les créanciers de la dette sont de plus en plus souvent des étrangers. Lorsque celle-ci est détenue par les citoyens d’un Etat le problème est moindre car l’argent circule dans un circuit économique fermé. Par contre, lorsque la dette est aux mains étrangères, il y a une fuite d’argent. Les possibilités de refinancement via le marché obligataire sont limitées car le marché exige un taux de rendement toujours plus important (ce taux est un indicateur de solvabilité. Soit, un indicateur de la façon dont le marché évalue la capacité de remboursement d’un Etat (voir (2)).

Dans ce cas la marge de manœuvre est limitée. Un maître mot: l’austérité budgétaire. Deux voies sont possibles lorsqu’il s’agit de se serrer le ceinture : (1) diminuer les dépenses de l’Etat ou (2) augmenter ses recettes. La seconde solution risque de poser des problèmes en Grèce car l’économie souterraine y occupe une part très importante. On parle de 20% de l’économie. Il est donc plus difficile de lever des taxes en Grèce que dans des pays ou la fraude fiscale est moins importante. Ceci peut poser problème car si l’augmentation de la pression fiscale est trop importante, le résultat budgétaire net peut-être négatif : davantage d’activités sont traitées « en black » et les recettes diminuent un peu plus. Sans oublier les problèmes de répartition de l’impôt que cela pose : les fraudeurs ne participent pas au redressement des finances. De ce fait, la tension sociale n’est jamais loin.

Il s’agira de trouver le bon dosage donc.

Et c’est ainsi que j’en viens à la question qui intéresse tout le monde : que se passera t-il si la Grèce ne parvient pas à diminuer son déficit ?

De deux choses l’une :

  1. Les Etats membres sont solidaires et consentent des prêts à l’Etat grec. Notons tout de même l’état désastreux des finances publiques de beaucoup d’Etats membres. Citons les cas de l’Irlande, la Belgique, le Royaume-Uni et l’Espagne.
  2. La Grèce fait faillite. Ceci signifierait concrètement qu’elle sortirait de la zone euro. Avec pour quelles conséquences ? Probablement un retour à sa propre monnaie qui aussitôt se transformerait en monnaie de singe suite aux dévaluations successives. Ce n’est pas tout : les banques françaises et allemandes détiennent près de 40% ( !) de la dette extérieure grecque (voir 1). Tout le monde en ressortirait affecté donc. Sans oublier le risque de contagion aux autres pays en difficulté (l’Espagne).

M’est avis que la France et l’Allemagne opteront pour la première option. En tout cas, on doit s’attendre à des attaques spéculatives contre l’euro.

(1)        Le Monde (13 février 2010). Qu’arrive t-il à la Grèce ? Disponible sur : http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/02/13/qu-arrive-t-il-a-la-grece_1305158_3234.html

(2)        Money Week (9 décembre 2009). La dette publique grecque alarme les marchés.Disponible sur :  http://www.moneyweek.fr/20091210160/conseils/economies/grece-croissance-dette-publique/

(3)        Le Point (10 février 2010). Plusieurs pays européens devraient voler au secours de la Grèce. Disponible sur :  http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2010-02-10/dette-publique-plusieurs-pays-europeens-devraient-voler-au-secours-de-la-grece/916/0/422749

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :