les idées qui font des petits!

La mixité sociale est au cœur du débat sur l’école. J’en prends à témoin « la saga décret inscription ».  J’ai lu récemment dans une carte blanche (dont j’ai oublié la référence), une réflexion d’une qualité remarquable. Les auteurs invoquaient l’incapacité symptomatique des politiques à revaloriser l’enseignement technique et professionnel et proposaient de fusionner tous les réseaux en un afin de créer un réseau intégré. En clair, selon les termes des auteurs, terminée la distinction entre « la Champions League » –l’enseignement général – et les divisions de seconde zone. Chaque école dispenserait un enseignement général ainsi que certaines filières techniques et professionnelles. Ainsi, les élèves joueraient dans la même cour de récréation et apprendraient à côtoyer dès leur plus jeune âge leurs futurs concitoyens. Une idée brillante.

C’est un premier point, mais il faut pousser la réflexion encore plus loin. L’enseignement est (ou doit être d’un point de vue normatif) un bien public. Une démocratie libérale doit au moins garantir deux choses : (1) le libre-choix de son établissement scolaire et (2) l’égalité des chances. Partant de ce constat, ces deux objectifs ne sont conciliables que si on agit sur l’offre, c’est-à-dire la qualité du corps enseignant. Il n’est pas normal qu’il existe de telles disparités de niveau entre les établissements scolaires. Une des raisons probables est qu’une large fraction de notre enseignement –l’enseignement catholique – est privée. Ainsi, un directeur d’établissement est libre de contracter avec l’enseignant de son choix. Il y a donc un phénomène d’auto-sélection qui se produit. Les meilleurs éléments seront recrutés dans les meilleures écoles.

Cette situation n’est pas acceptable car depuis le Pacte Scolaire (1954) l’enseignement catholique est devenu hybride : il possède un certains degré d’autonomie quant à son organisation, mais retire son financement de l’Etat. Soit, de l’argent de tous les contribuables. Il en va de même pour les salaires et la formation des enseignants. Ainsi, si le financement de l’enseignement est public, chacun à droit à un enseignement de qualité équivalente. En clair, il faut être cohérent avec ses choix et opter soit pour un enseignant privé, soit publique. La France, elle, possède un système cohérent. Tous les enseignants y ont le statut de fonctionnaire. Au terme de leur formation, ils sont affectés à un établissement scolaire. Autrement dit, la liberté contractuelle n’existe pas, ce qui assure une plus grande mixité du corps enseignant.

Une dernière réflexion : le but de l’enseignement secondaire devrait être de « minimiser les pertes ». Son but est de maximiser la taille du peloton et pas celle-de l’échappée. Son but est de former des citoyens responsables. Dans ce cas, il faut minimiser les occasions d’écumer le peloton par l’arrière. Les options provoquent un éclatement du peloton car les gens s’auto-sélectionne : les jeunes issus de milieux privilégiés vont s’orienter vers les filières dites « fortes », là ou les plus faibles opteront plus facilement pour les filières dites « poubelle » (sans les citer). Formulé autrement, il est plus intéressant d’avoir 80% des élèves qui ont fait math 5 que d’avoir une moyenne de 5 heures de math pour tous les élèves (certains ayant fait math 2, 4, 6, 8). L’enseignement universitaire à quant à lui pour vocation de former des élites, ce qui suppose d’allouer les moyens en fonction de critères de performance. Il ne faut pas confondre les objectifs respectifs de chaque type d’enseignement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :